Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:21

Grogne Manifestations contre les restrictions liées au Covid-19

Des protestataires ont manifesté ce samedi dans plusieurs villes de Suisse alémanique contre les mesures imposées par le gouvernement pendant la pandémie du coronavirus.

Les manifestants à Berne ont affirmé que les restrictions mises en place face à la crise du Covid-19 ne respectent pas les droits fondamentaux.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans quatre villes alémaniques, des centaines de personnes ont manifesté samedi contre les restrictions imposées en raison du coronavirus. À Berne et Saint-Gall, des douzaines d'entre elles ont été dénoncées. En Suisse romande, personne n'est descendu dans la rue.

A Zurich, Bâle, Berne ou Saint-Gall, des Helvètes ont manifesté leur impatience de revenir à la normalité. Invoquant l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes en raison de la pandémie, la police a amendé des douzaines de manifestants dans ces deux dernières villes.

En Suisse romande, la rue est restée silencieuse. «Ici, presque tout le monde a un ami ou un parent qui a été malade ou qui est mort du Covid-19», rappelle le médecin et éthicien Bertrand Kiefer.

A Berne, des centaines d'entre eux se sont donné rendez-vous sur la Place fédérale et la Bärenplatz, avec parmi elles de nombreuses personnes à risque, des familles et des enfants.

«D'un point de vue épidémiologique, cela me fait mal», a déclaré le directeur de la police Reto Nause. «Les gens se sont donné l'accolade et n'ont pas du tout respecté les règles. Un tel comportement est propice à répandre le virus», estime-t-il. Samedi passé, la police avait déjà dispersé un rassemblement non autorisé sur la Place fédérale.

Police huée à Berne

La police, renonçant à une action musclée, a appelé les manifestants à se disperser tout en en contrôlant quelques-uns. Ces appels ont été accueillis par des concerts de sifflets et de huées. Les manifestants estiment que les restrictions imposées en raison du coronavirus violent leurs droits fondamentaux. «Il y aura des dénonciations», selon le directeur de la police.

«Je pense que cela exprime l'angoisse que toute l'économie se retrouve par terre», a poursuivi Bertrand Kiefer. «Mais il faut rappeler sans cesse que dans les pays où rien n'a été entrepris, l'économie est également durement touchée, et sans doute encore davantage. Et ce ne sont pas les mesures que l'on a prises pour se protéger du virus qui sont en cause, mais la pandémie elle-même», a-t-il déclaré.

Moins nombreux à Zurich, Bâle et St-Gall, entre 80 et 200 manifestants se sont également réunis samedi pour réclamer une levée des mesures d'urgence. A Bâle, les petits groupes se tenaient à distance sanitaire les uns des autres.

Pour Bertand Kiefer, c'est difficile de savoir si ces gens sont de simples protestaires, parce qu'ils trouvent que les mesures sont allées trop loin. «Ou sont-ils des libertaires à l'américaine? Ou des complotistes qui pensent qu'on leur ment?» se demande-t-il.

«En Suisse, la population a accepté de suivre les mesures pour se protéger de l'épidémie plus ou moins librement. On est loin du flicage à la française en tous les cas. La liberté, c'est quelque chose de très délicat, mais qui ne peut exister que dans un respect démocratique. Je ne dis pas que ces manifestants ne le font pas. Je dis que le danger, c'est la dislocation de la société», estime-t-il. (ats/nxp)

Créé: 09.05.2020, 15h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.