Samedi 20 octobre 2018 | Dernière mise à jour 11:53

Formation Le manque de pratique dans les HES pointé

Des représentants de l'économie et de la politique estiment que les Hautes écoles spécialisées doivent davantage collaborer entre elles et avec les entreprises.

Le comité critique notamment le manque de pratique des enseignants, ce que les HES réfutent. (Image d'illustration)

Le comité critique notamment le manque de pratique des enseignants, ce que les HES réfutent. (Image d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Hautes écoles spécialisées (HES) suisses doivent se rapprocher de la pratique. Sans cela, la formation d'ingénieur va perdre en qualité, ce qui à terme nuirait à la place économique helvétique, estime un comité de représentants de l'économie et de la politique.

Depuis plus de 20 ans, l'enseignement supérieur spécialisé est réglementé par une loi fédérale. Des représentants de l'économie et de la politique estiment que le système ne remplit plus sa vocation. Il n'est pas assez proche de la pratique et ne se différencie pas assez des universités et des Ecoles polytechniques fédérales (EPF), ont expliqué des membres du comité mercredi devant les médias à Berne. Ce manque de pratique se trouve en premier lieu chez les enseignants. Le nombre d'entre eux au bénéfice d'une expérience pratique a reculé en 20 ans, regrette le comité.

Cent signatures

De leur côté, les diplômés ont une formation plus faible, a remarqué Lorenz Zellweger, directeur et propriétaire du bureau de conseil d'ingénieurs du même nom. C'est pourquoi il a signé avec une centaine d'ingénieurs et de représentants de l'économie de toute la Suisse un «Appel au renforcement de la formation dans les Hautes écoles techniques spécialisées».

Pour le comité, la solution passe par une meilleure collaboration entre les HES. Et cela doit être accompagné d'échanges étroits avec les entreprises.

Sur le plan politique, la conseillère nationale Andrea Gmür-Schönenberger (PDC/LU) et le député cantonal bernois Samuel Krähenbühl (UDC) ont déposé des postulats dans leurs Parlements respectifs. Ils veulent renforcer la définition des HES et encourager le lien à la pratique.

Les exigences ont changé

De leur côté, les HES réfutent ces critiques. Plus de la moitié des enseignants sont encore actifs dans leur branche parallèlement à leur mandat dans les HES, affirme Crispino Bergamaschi, directeur de la HES Nordwestschweiz et président de la chambre les HES swissuniversities.

Par ailleurs, les exigences envers les ingénieurs ne sont plus les mêmes qu'il y a 30 ans. Aujourd'hui, il est important de maîtriser des outils numériques et de communiquer des résultats à un environnement international. Ces demandes proviennent des partenaires pratiques, souligne M. Bergamaschi. (ats/nxp)

Créé: 03.01.2018, 20h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.