Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 14:57

Tromperie Un marchand de viande grison vend du cheval pour du bœuf

Plusieurs irrégularités ont été constatées chez Carna Grischa sur sa marchandise. L'entreprise aurait également trompé sur la date de péremption.

«Ces incidents sont choquants et inacceptables pour nous, même si le taux d'erreurs se situe à environ deux pour mille», a indiqué ce dimanche soir 23 novembre Carna Grischa.

«Ces incidents sont choquants et inacceptables pour nous, même si le taux d'erreurs se situe à environ deux pour mille», a indiqué ce dimanche soir 23 novembre Carna Grischa. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le marchand de viande grison Carna Grischa aurait vendu du poulet hongrois pour du suisse, du cheval pour du bœuf, des produits congelés pour des produits frais et manipulé des dates de péremption. L'entreprise admet «une partie des accusations».

Deux collaborateurs licenciés

«Ces incidents sont choquants et inacceptables pour nous, même si le taux d'erreurs se situe à environ deux pour mille», a indiqué ce dimanche soir 23 novembre Carna Grischa. Interrogée par l'ats, l'entreprise prenait ainsi position par rapport à des révélations du SonntagsBlick.

Selon Carna Grischa, «presque tous les incidents remontent à quelques années». L'entreprise attribue la responsabilité notamment à la direction de l'époque. Le nouveau directeur a «examiné et restructuré les procédures internes», indique l'entreprise.

Selon les recherches du SonntagsBlick, deux collaborateurs ont été licenciés la semaine passée. Le journal relève aussi que les contrôles internes ont en outre été réorganisés et renforcés.

Pas intentionnel

Dans une lettre adressée à ses clients, que l'ats s'est procurée dimanche, l'entreprise regrette les irrégularités: «Elles n'ont jamais été commises de manière intentionnelle ni n'ont été systématiques», écrivent le directeur et le président du conseil d'administration.

«Il semble qu'un collaborateur licencié ait transmis ces accusations à la presse. Il est prouvé que certaines insinuations étaient aussi fausses», précise Carna Grischa. L'entreprise traite quotidiennement des centaines de commandes. «Des erreurs peuvent donc parfois se produire».

Selon le «SonntagsBlick», l'entreprise a tenté, via une plainte auprès du tribunal du commerce argovien, d'empêcher la parution de l'article au moyen de mesures superprovisionnelles. Après avoir examiné les données disponibles, le tribunal a renoncé à interdire la publication de l'article, car certains reproches semblaient crédibles, comme le montre un extrait de document judiciaire publié par le journal dominical.

Carna Grischa a été fondée en 1999. Selon ses propres indications, l'entreprise compte parmi ses clients essentiellement des hôtels, restaurants, centres sportifs, cantines et homes pour personnes âgées. Elle emploie environ 60 personnes. (ats/nxp)

Créé: 23.11.2014, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.