Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Humeur Maudet et Barazzone m'ont ouvert les yeux: mes amis sont nuls

Dure est la chute lorsqu'on réalise qu'aucun pote ne vous a jamais invité à Abu Dhabi et qu'on comprend que la normalité est ailleurs.

C’est trop demander, une petite nuit de temps en temps à l’Emirates Palace?

C’est trop demander, une petite nuit de temps en temps à l’Emirates Palace? Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mes amis sont nuls. Ou extrêmement radins, en tout cas. Et mesquins, aussi. «Laisse, c’est pour moi»: mes potes, à l’occasion, payent la tournée. Soit ma bière. Quelques francs et ça s’arrête à peu près là, pour le quotidien. Mais le pire, c’est que j’ai longtemps cru que c’était normal.

Heureusement, messieurs Maudet et Barazzone m’ont ouvert les yeux. Un ami, un vrai, ça vous offre un voyage à Abu Dhabi, ça ne chipote pas sur les milliers, plaisir d’offrir, joie de recevoir.

Le minibar est-il compris?

Pour le conseiller d’État genevois Pierre Maudet, l’ami était le prince héritier de l’émirat. Il a payé le vol, le logement joli à l’Emirates Palace, les places au grand prix de formule 1. Et ce pour le PLR, sa famille et même son bras droit, ne manquait que le gauche. Magnifique. (M. Maudet avait d’abord attribué le cadeau à d’autres amis, mais on peut se tromper quand on en a beaucoup.)

Pour le PDC Guillaume Barazzone, relate la «Tribune de Genève», kif-kif ou presque: encore un petit trip (quatre jours) à Abu Dhabi. Le conseiller administratif de la Ville de Genève s’est vu offrir le vol, le grand prix, l’hôtel. «Et je peux taper dans le minibar?» «Mais, oui, vas-y, c’est pour moi je te dis»!

Loin des yeux, proche du cœur

Des cadeaux d’autant plus admirables qu’on se trouve dans une configuration «loin des yeux, proche du cœur». C’était un cheikh pour Maudet – la formule est peut-être malheureuse. Quant à l’«ami proche» de M. Barazzone, il s’agit d’un avocat espagnol qui habite à Abu Dhabi, a-t-il précisé.

Et en retour? Mais rien du tout, promis: l’amitié, la vraie, la pure, est désintéressée. «Je n’ai pris aucune décision concernant» cet ami espagnol, a souligné M. Barazzone.

C’est là que j’ai compris. Mes amis, lorsqu’ils offrent une tournée, je le sens confusément, semblent attendre de moi que je paye la suivante. Et je croyais que c’était normal! Mes amis sont nuls.

Créé: 18.10.2018, 12h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.