Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 15:11

Canton de Berne Mauvaise note pour ceux qui se mettent tôt au français

Des parents se plaignent auprès du canton de Berne du mauvais niveau de leurs enfants après 4 ans d'apprentissage du français dès la 3e année scolaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-ce que cela vaut la peine d'enseigner une langue étrangère aux enfants dès leur plus jeune âge à l'école? Pour ces parents de Wilderswil, dans le canton de l'Oberland bernois, la réponse est clairement non. «Une maman témoigne ce mardi dans la Berner Zeitung: notre fille a pris 351 leçons de français. Mais elle arrive à peine à former une phrase complète», critique-t-elle. Et son opinion rejoint celle de la plupart des parents concernés dans son village.

Ces enfants sont-ils particulièrement mauvais? Pas forcément, estime la mère de famille. Ils ont juste la malchance d'appartenir à la première génération d'élèves qui apprennent le français depuis la 3e au lieu de la 5e année d'école.

Depuis 2011, les élèves de l'école obligatoire de 6 cantons alémaniques (Berne, les deux Bâles, Soleure, Fribourg et Valais) apprennent le français dès la 3e dans le cadre du projet Passepartout. Une maison d'édition a créé à cet effet deux programmes d'apprentissage, les livres Mille Feuilles pour les plus jeunes, et Clin d'oeil pour les plus grands.

Programmes controversés

Et c'est le programme Mille Feuilles qui est au cœur de la controverse. Car il n'inculque pas aux enfants la grammaire et l'orthographe, mais leur fait apprendre le français de manière ludique et développer des stratégies pour comprendre les textes difficiles.

Cette manière didactique n'a donc pas l'heur de plaire aux adultes. Ils sont si fâchés de cette méthode que les parents de 16 classes de 7e année viennent d'écrire aux autorités cantonales bernoises pour protester. Selon eux, leurs enfants, après 4 ans d'apprentissage, ont moins de connaissances en français que ceux qui, après une année, se sont mis à langue de Molière avec l'ancienne méthode Bonne Chance.

«Les profs aussi critiques»

Les parents sont rejoints dans leur combat par les profs eux-mêmes. Selon un enseignant, si les enfants ont de la difficulté, c'est qu'il y a un fossé entre l'enseignement moyen et secondaire. «Les manuels scolaires doivent être construits de manière coordonnée entre eux. Mais ça n'est pas le cas», critique-t-il. Selon lui, la méthode exige trop de bonne volonté pour parler la langue de la part des élèves. Le nouveau système d'apprentissage et les matériels d'enseignement seraient irréalistes et dépasseraient même les bons élèves.

Du côté des autorités cantonales, on défend la méthode. Un responsable du Département de l'éducation refuse de prendre des mesures concrètes face aux revendications des parents. En revanche, il exhorte ceux-ci à affronter sereinement ce nouveau support de cours. «Ils découvriront qu'ils n'apprennent pas moins bien le français qu'avant; ils l'apprennent simplement différemment et d'autres choses en même temps», calme-t-il.

Créé: 13.10.2015, 10h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.