Jeudi 25 avril 2019 | Dernière mise à jour 06:10

Suisse Trop peu de médecins femmes aux postes de cadre

Selon la statistique médicale 2018, la santé de la population suisse est toujours plus aux mains des femmes et des étrangers.

La proportion de femmes comme médecins-chefs dépasse à peine les 10% en Suisse.

La proportion de femmes comme médecins-chefs dépasse à peine les 10% en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si la féminisation des médecins se poursuit en Suisse, il y a encore trop peu de médecins femmes aux postes de cadre. Autre constat tiré du tableau de la statistique médicale 2018: il y a toujours plus de médecins étrangers sur sol helvétique.

Pour la Fédération des médecins suisses (FMH), qui publie mercredi dans son bulletin hebdomadaire la statistique médicale 2018, la tendance de ces dernières années se confirme: la santé de la population suisse est toujours plus aux mains des femmes et des étrangers.

En 2017, 4668 étudiants étaient inscrits à une formation universitaire bachelor, dont 2923 femmes et 1745 hommes. Au niveau supérieur du master en médecine humaine, 3246 étudiants étaient enregistrés, dont 1849 femmes et 1397 hommes. Un peu plus de 1000 étudiants (1029) ont obtenu leur diplôme fédéral en médecine humaine l'an dernier, dont une majorité de femmes.

Médecins-chefs: 12,4% de femmes

Mais une fois un diplôme en poche, le nombre de femmes prédomine uniquement chez les médecins-assistants (58,6%). Il ne fait ensuite que diminuer pour atteindre 47,9% chez les chefs de clinique, 24,5% chez les médecins adjoints et 12,4% chez les médecins-chefs.

Comme dans les précédentes publications de la statistique de la FMH, la proportion de médecins étrangers a continué d'augmenter en Suisse en 2018. Pas moins de 13'266 médecins (35,4%) étaient d'origine étrangère ou avaient suivi leurs études de médecine à l'étranger.

Par rapport à l'année précédente, ce pourcentage a de nouveau augmenté de 1,3 point. La majorité des médecins étrangers venaient d'Allemagne (53,8%), d'Italie (8,8%), de France (6,7%) et d'Autriche (6,1 %).

Médecine interne générale en tête

En 2018, la Suisse comptait 37'525 médecins (15'982 femmes et 21'543 hommes). Ce sont 625 de plus que l'année précédente, dont une majorité de femmes, selon la statistique médicale 2018 de la FMH.

La Suisse compte une densité médicale de 4,4 médecins pour 1000 habitants (3,9 si on considère les équivalents plein temps). Ce chiffre est supérieur à la moyenne de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE): 3,6 médecins pour 1000 habitants. Il reste toutefois comparable à celui des pays voisins: Allemagne (4,2), Autriche (5,1), Italie (4) et France (3,2).

La médecine interne générale est la spécialisation la plus répandue (22,1% des médecins en exercice). Elle est suivie de la psychiatrie et psychothérapie (10,2%), de la gynécologie et obstétrique (5,1%), de la pédiatrie (5,0%) et de l'anesthésiologie (4,1%).

Les spécialisations dans lesquelles la part de femmes est la plus élevée sont la psychiatrie et psychothérapie d'enfants et d'adolescents (64,7%), la gynécologie et obstétrique (62,9%) et la pédiatrie (62,9%). Les hommes sont plus nombreux que les femmes dans les spécialisations chirurgicales, selon la statistique. (ats/nxp)

Créé: 20.03.2019, 13h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.