Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

Disparition La mère des jumelles conteste le testament du père

Quelle est la validité du testament rédigé par Matthias S. avant de se suicider en janvier 2011? La mère des jumelles disparues souhaite l’annuler. La justice vaudoise devra trancher.

Les jumelles Alessia et Livia ont disparu au mois de janvier 2011.

Les jumelles Alessia et Livia ont disparu au mois de janvier 2011. Image: Keystone

Le testament

Matthias S. a rédigé le 27 janvier 2011 son testament en allemand en réaction à l’email de son épouse lui annonçant son intention de divorcer.

Il l’a déposé dans un tiroir de sa maison de Saint-Sulpice avant de disparaître avec ses fillettes. Il s'est suicidé trois jours plus tard en se jetant sous un train en Italie, le 30 janvier.

Divers médias avaient publié au mois de mars 2011 l’intégralité du testament du père des jumelles. On lisait alors que Matthias S. considérait ce document comme le seul et unique testament valable. Il ne souhaitait accorder à son épouse que la part légale lui revenant. Ses deux filles se partageraient le reste de la somme en deux parts égales.

La révélation du dernier point du document glaçait le sang: «Au cas où mes enfants Alessia et Livia ne devaient plus être en vie, mon frère Daniel et ma sœur Maya sont les héritiers principaux à parts égales».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La disparition des jumelles Alessia et Livia ressurgit un an et demi après les faits dans un volet juridique.

En cause: le testament de Matthias S., le père des fillettes. Le texte a été rédigé à Saint-Sulpice le 27 janvier 2011, trois jours avant qu'il n'enlève ses enfants, et une semaine avant son suicide. La Chambre patrimoniale vaudoise devra se pencher sur la validité de ce document.

En attendant, la mère des jumelles Irina Lucidi estime que les dernières volontés de son mari sont nulles. Elle l’a fait savoir mardi dans le journal Le Temps par le biais de son avocat Yvan Guichard.

Car Irina Lucidi espère trouver un terrain d’entente avec les héritiers désignés par Matthias S. pour que l’argent revienne à sa fondation, Missing Children, créée en janvier dernier (voir la vidéo ci-dessous). Elle souhaite par ailleurs qu’une petite partie de la somme couvre les frais engagés dans la disparition de ses filles.

Yvan Guichard a déjà déposé une requête de conciliation allant en ce sens. En vain. Le règlement à l’amiable a aussi été envisagé. Mais les héritiers ne sont pas tous enclins à partager la somme qu’ils pourraient percevoir, selon l’avocat. Le Temps mentionne ne pas avoir pu joindre la famille de Matthias S., malgré de nombreuses sollicitations.

«Encore vivantes»

Un autre problème se pose: ces personnes ne pourront toucher leur héritage que si le décès des jumelles est prononcé. Or Irina Lucidi part du principe que ses filles «sont encore vivantes» et que son mari «n’avait pas de capacité de discernement» au moment d’écrire son testament», relève son avocat, rappelant que Matthias S. souffrait de dépression au moment des faits.

La justice vaudoise recourt dans ce genre de situation à une expertise psychiatrique pour trancher. Une analyse qui peut se révéler assez longue, car elle nécessite la récolte de nombreux témoignages.

Mais, finalement, de quelle somme parle-t-on? Yvan Guichard dit ne pas en connaître le montant exact, mais l’évalue à plusieurs centaines de milliers de francs.

Si les jumelles sont déclarées vivantes et le testament de Saint-Sulpice invalidé, Irina Lucidi héritera de 50% de la fortune de son mari. Si elles sont déclarées mortes, et que le testament de Matthias S. est appliqué, elle héritera de 37,5% de la somme.

Prononcer le décès des jumelles implique une longue procédure, dite de «déclaration d’absence» explique en fin d’article Yvan Guichard. Celle-ci peut durer plusieurs années et bloquer les biens du ou des disparus pendant 10 ans.

En vidéo, la mère des jumelles annonce le 30 janvier dernier la création de Missing Children, fondation pour les enfants disparus

Créé: 24.07.2012, 10h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.