Mardi 26 mai 2020 | Dernière mise à jour 03:56

Twitter Messieurs, serrez les cuisses !

Photos à l’appui, une campagne turque demande aux hommes de ne plus écarter largement les jambes dans les transports publics. Elle fait le buzz.

Image: Twitter

Question du jour: Comment réagiriez-vous si votre voisin faisait pareil ?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

#Bacaklarinitopla et #yerimisgaletme. C’est avec ces deux mots-clés – «serre tes jambes», «n’empiète pas sur mon espace» en français – que des féministes turques ont lancé leur campagne sur Twitter. L’objectif? Lutter contre les hommes qui écartent ostensiblement les jambes dans les transports publics. Et ça buzz. De plus en plus d’internautes turcs partagent le message. Certains en profitent même pour poster des photos d’hommes pris en flagrant délit.

Forte connotation sexuelle

Pour la psychiatre et sexologue Juliette Buffat, écarter largement les jambes dans les transports publics a une forte connotation sexuelle. «C’est une manière de montrer sa virilité, d’attirer l’attention sur son entrejambe et ses organes génitaux. Une femme peut ressentir cela comme une sollicitation sexuelle.»

Elle-même a déjà observé ce type de situation dans des lieux publics suisses. «Cela me met mal à l’aise. Moi, je me lève et je m’éloigne. Je n’oserais pas demander à mon voisin de serrer les jambes.» Dans son cabinet, la sexologue a aussi affaire à ce genre de comportement. «J’ai observé que les hommes qui s’asseyent avec les jambes largement écartées devant moi ont souvent des troubles de l’érection», sourit-elle.

Juliette Buffat souligne une différence comportementale entre hommes et femmes. «On apprend aux jeunes filles à serrer les cuisses et à rester discrètes. Avoir les jambes écartées, cela rappelle aux femmes leurs passages chez le gynécologue, ce qui n’est pas forcément agréable.» Elle met également l’accent sur une disparité culturelle. «Le Suisse moyen est assez discret, ce sont plutôt les étrangers qui ont tendance à prendre des positions envahissantes.»

D’ailleurs, la sexologue se dit agréablement surprise de l’initiative prise par les femmes turques pour lutter contre le phénomène. «C’est une société où les femmes ont encore une position inférieure par rapport aux hommes, c’est bien qu’elles manifestent pour se faire plus respecter.»

Créé: 25.04.2014, 07h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.