Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 03:38

Suisse Mike Horn: «Les enfants vont sauver la planète!»

L'aventurier et son frère, Martin, lancent un club destiné aux enfants. Leur but? Développer le goût des jeunes pour l'action et les grands espaces. Mais aussi les sensibiliser aux problèmes environnementaux.

«Former une génération qui prendra soin de notre planète est un beau projet», explique Mike Horn.

«Former une génération qui prendra soin de notre planète est un beau projet», explique Mike Horn. Image: Le Matin/Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La poignée de main est (très) solide. La tape sur l'épaule suit immédiatement. Et le sourire est lumineux. Chaleureux, Mike Horn est tel que l'on peut se l'imaginer, à travers les vidéos de ses exploits ou ses émissions sur M6. L'homme était présent mardi à Lausanne pour présenter The Young Explorers, un club fondé avec son frère Martin (qui va diriger la manoeuvre) destiné aux enfants. L'idée est de développer le goût des jeunes pour l'action et les grands espaces. Mais aussi de les sensibiliser aux problèmes environnementaux. L'alpiniste Jean Troillet et le navigateur Steve Ravussin seront également de la partie, en tant qu'ambassadeurs.

Les enfants vont goûter à la nature et à l'aventure (Photo: The Young Explorers Club)

Durant cette année 2019, en six camps de deux jours organisés le week-end et deux semaines complètes, 48 enfants de 11 à 16 ans (les inscriptions sont ouvertes) vont se frotter à des activités telles que l'alpinisme, l'escalade, la voile ou le vélo, la survie, l'orientation et la réalisation de documentaires. Mais aussi aux sciences environnementales qui tourneront, pour cette première année, autour de l'eau. Tout ceci se déroulera dans le Pays-d'Enhaut, «un véritable paradis sur Terre», selon Martin Horn qui y est installé depuis longtemps, tout comme son célèbre frère. Les membres auront également l'occasion de se joindre à Mike pour des expéditions.

Mike Horn, on sent chez vous un grand besoin de transmettre votre savoir, de conscientiser les jeunes.
C'est la raison pour laquelle j'ai voulu faire de la télévision. Voilà une bonne manière de transmettre toutes sortes de valeurs. Mes expéditions également: elles servent à faire rêver les gens et les pousser à faire quelque chose. Via les réseaux sociaux, je constate que les premiers à s'intéresser à ce que je fais, à la nature et à l'avenir de notre planète, ce sont les jeunes. Ils souhaitent se surpasser, devenir plus costauds et de meilleurs êtres humains. Les jeunes sont indéniablement plus réceptifs que les vieux comme nous (Il rit.)

C'est pourquoi vous organisez ce club?
Oui, exactement. Après les lointaines destinations, la transmission de mes expériences est presque devenu un second terrain d'exploration pour moi. J'arrive à un âge, 52 ans, où je me dis qu'il me sera bientôt plus difficile de faire des conneries. Comme tout le monde, je vais un peu me poser. Former une génération qui prendra soin de notre planète est un beau projet. C'est un peu comme si la vie me poussait dans cette direction.

Lors de vos récentes expéditions, avez-vous pu constater le triste état de notre planète?
Depuis 2008, j'ai fait treize tours du monde avec mon bateau. Il y a onze ans à peine, on commençait seulement à voir l'impact des déchets plastiques sur la mer. Aujourd'hui, il y en a partout! En onze ans, vous vous rendez compte? C'est une véritable épidémie qui menace la Terre. En 2017, j'ai vu des déchets plastiques jusque dans les eaux de l'Antarctique... Au Pôle nord aussi, il y a des déchets pris dans la glace. C'est effrayant. Des pans entiers de glaces grands comme la Suisse se détachent... Sans parler de la fonte des glaciers, chez nous. Il va bien falloir réagir. C'est pourquoi il faut former nos enfants car ce sont eux qui vont sauver la planète. C'est un des buts de ce club que nous créons, mon frère et moi.

Et côté télévision, allez-vous poursuivre «Cap Horn» sur M6?
Je travaille actuellement sur une nouvelle émission. Je souhaite qu'elle soit plus éducative. On m'y verra en action dans mes expéditions et des spécialistes interviendront pour commenter tel ou tel sujet scientifique ou environnemental suscité par le programme. Ca sera une manière supplémentaire de conscientiser les téléspectateurs aux problèmes de notre planète. Chacun de nous peut changer les choses en faveur de la Terre. La planète d’aujourd’hui me fait peur, c’est la raison pour laquelle je m’investis. La nature est ma raison d’être mais c’est aussi la vôtre!

Créé: 13.02.2019, 16h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.