Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 07:38

Winterthour L'imam de la mosquée An'Nur expulsé en Somalie

Le Secrétariat d'Etat aux migrations a indiqué avoir renvoyé dans son pays l'imam de la mosquée An'Nur de Winterthour.

La mosquée An'Nur de Winterthour.

La mosquée An'Nur de Winterthour. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une étape de plus a été franchie dans l'affaire du prédicateur haineux de la mosquée An'Nur de Winterthour (ZH): l'homme a été expulsé vers son pays, la Somalie, a annoncé le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) à l'agence de presse Keystone-ATS.

Les autorités somaliennes l'ont reconnu comme citoyen somalien et ont accepté son rapatriement, a précisé vendredi le Secrétariat d'Etat. Cette étape a été précédée d'efforts intenses du SEM pour déterminer sa nationalité.

L'homme n'ayant pas de documents de voyage valides et n'ayant pas coopéré aux entretiens menés par le SEM, il a été nécessaire de faire des investigations. La Suisse le suspectait d'être éthiopien, mais il s'est finalement avéré qu'il était somalien.

Incitation

En novembre 2017, le tribunal de district de Winterthour a condamné le jeune homme, alors âgé de 25 ans, à 18 mois de prison avec sursis pour provocation publique au crime ou à la violence et de multiples représentations de la violence. La peine était assortie d'une expulsion du territoire suisse pendant dix ans.

Le jugement a été confirmé en appel par le tribunal cantonal zurichois en novembre 2018. En parallèle, la demande d'asile de l'ex-prédicateur a été rejetée par le Secrétariat d'Etat aux migrations en août 2017.

Après sa condamnation en première instance, l'imam était incarcéré en vue de son expulsion. Sa détention ayant été suspendue à la fin février 2018, l'homme a disparu dans la nature. Arrêté quelque temps plus tard en Allemagne, il a été ramené en Suisse et placé une nouvelle fois en détention dans l'attente de son expulsion.

Mosquée fermée

La mosquée An'Nur, qui a été fermée, a fait plusieurs fois les gros titres de la presse, notamment en lien avec des voyageurs du djihad. L'affaire a en outre été fortement médiatisée par le conseiller d'Etat zurichois Mario Fehr (PS), chef du département de la sécurité du canton.

Peu avant les élections cantonales de mars, le socialiste avait vivement critiqué la ministre suisse de la justice Karin Keller-Sutter et le SEM. Il reprochait notamment aux autorités helvétiques de n'avoir pas mis assez la pression sur l'Ethiopie.

Interrogé par Keystone-ATS, le porte-parole du SEM ne veut pas donner d'autres informations. Il constate toutefois que l'expulsion de l'imam a abouti grâce à l'excellente coopération avec la police cantonale zurichoise. (ats/nxp)

Créé: 04.05.2019, 06h05


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.