Jeudi 17 août 2017 | Dernière mise à jour 11:26

Question jurassienne Moutier va au-devant d'une phase d'incertitude

Reste à déterminer quelles seront les communes du Jura bernois qui hériteront des différents services de l'administration cantonale implantées à Moutier.

Nouveau recours

Un nouveau recours est arrivé lundi auprès de la préfecture du Jura bernois en relation avec le vote communaliste de la Ville de Moutier. Ce 4e recours a été envoyé le 16 juin, soit avant le résultat du vote sur l'appartenance cantonale de la cité prévôtoise.

La suppléante du préfet du Jura bernois Stéphanie Niederhauser n'a pas souhaité donner davantage de détail sur ce nouveau recours, en particulier de qui il émanait. Elle a confirmé que la justice était à présent saisie de quatre recours.

Les premiers recours ont été déposés par des partisans du maintien de la cité prévôtoise dans le canton de Berne. L'examen des plaintes peut, dans le meilleur des cas, prendre deux à trois mois. Mais en général, la procédure prend bien davantage de temps, a expliqué Stéphanie Niederhauser.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'est une période d'incertitude de plusieurs années qui s'ouvre pour la Ville de Moutier après sa décision historique de rejoindre le Jura. L'avenir de l'hôpital, des écoles et des bâtiments administratifs seront au centre des négociations entre les gouvernements jurassien et bernois.

«Le canton de Berne dispose d'un certain patrimoine à Moutier qu'il faudra négocier», relève lundi son vice-chancelier Michel Walthert. Ces biens immobiliers d'une valeur estimée à 47,5 millions de francs par l'assurance immobilière feront l'objet de négociations dans le cadre du partage des biens avec le canton du Jura.

Ce parc immobilier bernois compte l'administration de la police, le Ministère public, le service des eaux et des déchets, l'intendance des impôts, la prison régionale, le tribunal, ainsi que le centre de formation professionnelle Berne francophone (ceff). Le territoire de la commune compte aussi 8,7 km de routes cantonales.

«Le canton de Berne se montrera loyal, mais aussi ferme dans les négociations», avait déclaré dimanche le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg. La délégation du Conseil-exécutif pour les affaires jurassiennes (DAJ) doit se réunir avant les vacances d'été pour définir une stratégie après le départ de Moutier.

Administration bernoise

Au 1er janvier 2016, l'administration cantonale bernoise occupait 378 personnes à Moutier, dont 183 enseignants. Quant à l'hôpital du Jura bernois, il employait à Moutier 386 collaborateurs. Le canton du Jura a garanti un engagement dans son administration aux habitants employés dans une unité prévôtoise de l'administration cantonale bernoise.

La question qui se pose aujourd'hui est de savoir quelles seront les communes du Jura bernois qui hériteront des différents services de l'administration cantonale qui sont implantées à Moutier. Pour le gouvernement bernois, il s'agit d'éviter des tiraillements au sein du Jura bernois pour accueillir ces institutions.

Avec le départ de Moutier, St-Imier devient désormais la plus grande ville du Jura bernois avec un peu plus de 5000. La cité prévôtoise en compte elle quelque 7700. Avec son départ, le Jura bernois perd environ 14% de sa population.

Ecoles en sursis

Moutier compte aussi deux écoles de niveau secondaire II: l'Ecole de maturité spécialisée qui est une section décentralisée du gymnase de Bienne et deux domaines du ceff. Le premier établissement compte quelque 120 élèves et le second 560 dont une majorité domiciliée dans le Jura bernois.

«La direction du ceff devra entamer une réflexion sur son avenir», a estimé Michel Walthert. Il s'agira de négocier l'offre de formation entre les deux cantons. Avant le vote, la direction de cette école avait expliqué que le chantier serait conséquent en cas de oui et qu'il faudrait vivre une période d'incertitude.

Planification hospitalière

Le site de Moutier de l'Hôpital du Jura bernois (H-JB) s'apprête aussi à vivre une période d'incertitude. «Ma préoccupation est de rassurer le personnel», a expliqué son directeur Dominique Sartori qui entend être proche des collaborateurs de l'établissement. Le sort de l'hôpital était devenu l'enjeu principal du vote du 18 juin.

Pour le conseil d'administration de l'H-JB, l'objectif est d'assurer la sauvegarde des emplois et la pérennité de l'entreprise. «A plus long terme, il serait intelligent d'envisager une planification hospitalière commune aux cantons de l'Arc jurassien», estime son président Anthony Picard.

Dans l'immédiat, le oui de Moutier n'entraînera pas de modifications territoriales. Il s'agit d'attendre le résultat du vote des communes de Belprahon et de Sorvilier. Les gouvernements jurassien et bernois vont ensuite enclencher le processus pour concrétiser le ou les transferts. Le changement de canton ne devrait être effectif qu'au 1er janvier 2021. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2017, 15h56


Sondage

Tarifs médicaux revus à la baisse: peut-on espérer payer moins son assurance-maladie?



Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.