Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:37

Valais Moutons mordus par des tiques: enquête ouverte

L'office vétérinaire valaisan a ouvert une enquête après la mort de 25 moutons sur les hauts de Loèche (VS).

La législation exige que le détenteur de moutons contrôle tous les jours le bien-être de ses bêtes et leur état de santé.

La législation exige que le détenteur de moutons contrôle tous les jours le bien-être de ses bêtes et leur état de santé. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt-quatre agneaux et un mouton sont morts sur un alpage au-dessus de Loèche dans le Haut-Valais en mai dernier. Ils étaient infestés de tiques. L'office vétérinaire valaisan a ouvert une procédure

Après avoir examiné quelques bêtes, le vétérinaire mandaté par le propriétaire des animaux a indiqué que leur mort pouvait être due à une anémie provoquée par les morsures de tiques (jusqu'à 300 par mouton). ll n'a toutefois pas écarté d'autres causes possibles.

Aucune bête n'a été autopsiée et aucun examen complémentaire n'a été mené. «Il est dès lors très difficile dans de telles circonstances de pouvoir affirmer de façon sûre et scientifiquement fondée que la mort des animaux est due aux tiques», a indiqué vendredi à Keystone-ATS Eric Kirchmeier, vétérinaire cantonal valaisan.

Procédure ouverte

L'office vétérinaire cantonal a ouvert une procédure. «Il nous incombe de vérifier que toutes les exigences légales ont été respectées - ce qui est possible dans ce cas, malgré l'issue fatale pour les animaux - et nous prendrons, s'il y a lieu, les mesures nécessaires», poursuit Eric Kirchmeier.

La législation en matière de protection des animaux exige notamment que le détenteur de moutons contrôle tous les jours le bien-être de ses bêtes et leur état de santé - un peu moins régulièrement dans les régions d'estivage - et qu'ils reçoivent un traitement antiparasitaire.

La procédure devrait se terminer «dans quelques semaines». Mais elle ne permettra peut-être pas «d'établir des certitudes», prévient le vétérinaire cantonal, qui ne peut donner plus d'informations, en raison de la procédure et du secret de fonction.

La mort des 25 ovins a été révélée récemment par le «Walliser Bote». Elle a fait grand bruit sur les réseaux sociaux. (ats/nxp)

Créé: 12.07.2019, 18h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.