Dimanche 20 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:44

Editorial Multinationales: une occasion gâchée à Berne

En refusant un contre-projet modeste à l'initiative «Pour des multinationales responsables», le Conseil des Etats a cédé à la ligne de l'arrogance. Un jeu risqué.

En se rendant début janvier en Zambie dans une mine de cuivre de Glencore, Ignazio Cassis a suscité la polémique. Le géant minier zougois controversé fait partie des multinationales visées par l'initiative.

En se rendant début janvier en Zambie dans une mine de cuivre de Glencore, Ignazio Cassis a suscité la polémique. Le géant minier zougois controversé fait partie des multinationales visées par l'initiative.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour deux petites voix, le Conseil des Etats a refusé d'entrer en matière sur le contre-projet du Conseil national pour désamorcer l'initiative «Pour des multinationales responsables». Refuser d'entrer en matière, c'est lourd de sens. Cela montre que les tenants d'une ligne dure et arrogante ont réussi à mettre dans leur poche les indécis. Ce n'est un secret pour personne dans les couloirs du Palais fédéral que la faîtière «economiesuisse» a mis les gros moyens pour obtenir ce résultat.

Economie divisée

«En rejetant le contre-projet, la Chambre des cantons soutient la position des milieux économiques, qui avaient mis en garde contre les dangers qu’il renferme». La faîtière s'est ainsi brièvement félicitée du résultat dans l'après-midi. Mais tous les milieux économiques n'étaient pas sur la même longueur d'ondes. Le Groupement des entreprises multinationales, l'Association du négoce de matière premières et le commerce de détail, représenté par la Migros et la Coop, étaient favorables à ce contre-projet. Des entrepreneurs suisses aussi se sont joints aux multiples organisations qui demandent à ce que les multinationales s'engagent au respect des droits humains et de l'environnement dans leur pratique. Parce que c'est aussi bon pour le commerce de prendre un tel engagement.

Qui dicte la loi ?

Certes, dans le débat, on constate que les écueils sont nombreux pour trouver les bonnes formulations et les stratégies judiciaires qui permettent d'atteindre les objectifs d'une moralisation de l'activité des multinationales à l'étranger. Faut-il pour autant baisser les bras si vite? Les élus doivent-ils laisser planer le doute qu'ils sont à la botte de quelques grandes multinationales qui dictent leur loi? La visite tout sourire d'Ignazio Cassi dans les mines de Glencore en Zambie est encore dans les mémoires pour donner une réponse à cette question.

Peuple favorable ?

Cela dit, le refus d'entrer en matière ne condamne pas l'initiative devant le peuple. Pour l'instant, l'opinion publique y est largement favorable. Mais, tout le monde le sait, en cas de votation, la campagne fait passablement de dégâts parmi les bonnes consciences, lorsque les milieux économiques brandissent le spectre des pertes d'emplois, de la délocalisation ou de la perte de savoir-faire pour la Suisse. Ce scénario sera à vérifier le moment venu. Le business ou la morale, il faudra choisir.

Créé: 12.03.2019, 19h52


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.