Mercredi 8 avril 2020 | Dernière mise à jour 07:28

Nucléaire iranien Toujours des questions difficiles entre les Etats-Unis et l'Iran

Le marathon engagé à Genève sur la question du nucléaire iranien vise à aboutir à un accord d'ici le 31 mars.

John Kerry était dimanche 22 février à Genève.

John Kerry était dimanche 22 février à Genève. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux jours de discussions à Genève sur le dossier nucléaire entre les Etats-Unis et l'Iran n'ont pas permis de trouver un accord. Une nouvelle rencontre est prévue dans une semaine pour surmonter les obstacles persistants d'ici la date butoir du 31 mars.

Un officiel américain a indiqué lundi en fin d'après-midi que des progrès ont été réalisés, tout en ajoutant que des questions difficiles doivent encore être tranchées. Il a annoncé qu'une nouvelle rencontre, au niveau des directeurs politiques et des vice-ministres entre l'Iran et les Occidentaux, aura lieu dans une semaine en Suisse.

Il a affirmé que Téhéran et Washington sont conscients de la date butoir fixée au 31 mars pour trouver un accord, mais qu'il n'est pas question de succomber à la «précipitation».

Sur son compte Twitter, le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a affirmé que les discussions ont été «sérieuses, utiles et constructives». Il a ajouté que des progrès ont été réalisés sur certains sujets, mais qu'«il y a encore un long chemin à parcourir pour un accord final».

Discussions très techniques

Depuis dimanche soir, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue iranien ont eu plusieurs heures d'entretien dans un hôtel de la cité de Calvin, sous tous les formats. Preuve du sérieux des discussions, le secrétaire d'Etat américain à l'Energie Ernest Moniz s'est joint aux pourparlers. Il a rencontré en tête à tête le chef le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi.

La responsable du dossier à l'Union européenne Helga Schmid et le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Ryabkov ont aussi participé aux discussions qualifiées de «très techniques».

L'Iran et les grandes puissances du groupe des 5 1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) tentent de s'entendre sur un accord global d'ici le 31 mars. Celui-ci autoriserait certaines activités nucléaires civiles, mais empêcherait Téhéran de se doter de l'arme atomique. En échange, les sanctions internationales qui pèsent sur l'économie iranienne seraient levées.

Dès lundi matin, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi avait averti que les négociations n'ont toujours pas abouti sur «les questions clés».

«Le fossé existe toujours, les différences existent, toutes les parties négocient avec sérieux et détermination. Nous n'avons pas encore de solutions complètes sur les questions clés», avait affirmé M. Araghchi, cité par la télévision d'Etat iranienne.

Accord par étapes

Les deux parties travaillent sur un calendrier en deux temps pour conclure un accord politique avant le 31 mars, puis finaliser les détails techniques avant le 1er juillet. Selon des indiscrétions, l'accord porterait sur dix ans. Il lèverait progressivement les sanctions économiques en même temps que les restrictions à l'enrichissement de son uranium par Téhéran en cas de «bon comportement».

L'Iran pourrait faire fonctionner davantage de centrifugeuses qu'initialement souhaité par Washington, mais leur capacité serait limitée. Un éventuel accord devra passer le cap du Congrès américain, où de nombreux parlementaires sont hostiles à la levée des sanctions visant Téhéran et accusent l'Iran de vouloir continuer à se doter de la bombe atomique. (afp/nxp)

Créé: 23.02.2015, 12h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.