Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Insolite À Neuchâtel, une vache fugue et file vivre en forêt

Dans le Val-de-Ruz, une génisse nommée Isaline a passé deux semaines seule dans les bois.

La vache fuyarde se sentait bien dans les bois (photo d’illustration).

La vache fuyarde se sentait bien dans les bois (photo d’illustration). Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Isaline voulait-elle vivre une expérience d’ermite? Non: c’est plutôt un coup de stress qui est à l’origine de l’escapade insolite de cette vache neuchâteloise, qui a vécu deux semaines seule dans les bois, dans la forêt de Fenin, dans le Val-de-Ruz.

«Arcinfo» révèle ce mercredi l’étonnante histoire, qui a débuté le 2 novembre sur les hauteurs de Savagnier. Ce samedi-là, Jean-Marc Fallet entendait ramener ses 13 bêtes à la ferme lorsque Isaline, une génisse de 18 mois, a pris la poudre d’escampette. «Elle a pris peur du char à bétail et a quitté le troupeau. Quand on a vu qu’elle ne se retournait pas, on s’est dit que ça allait être compliqué. Dans la forêt, avec les feuilles, on ne l’a directement plus vue», relate Jean-Marc Fallet dans le quotidien neuchâtelois.

«Elle était bien dans sa forêt»

Les jours ont passé et Isaline restait dans sa forêt, dans laquelle elle était parfois aperçue. L’agriculteur raconte qu’il s’est régulièrement rendu auprès de la fugueuse, qu’il espérait ramener à pied. «Au début, on ne la voyait pas beaucoup. Elle n’avait pas envie de se montrer. Elle était bien dans sa forêt», note-t-il.

La jeune vache semblant vouloir rester dans les bois, l’agriculteur lui a laissé de quoi boire et manger en lisière de forêt: de l’eau et du foin.

Le 10 novembre, Jean-Marc Fallet a pu approcher sa vache et croyait enfin pouvoir mettre la main dessus. Raté: elle a repris peur, a sauté un fil électrique et a de nouveau disparu.

La neige a tout changé

C’est finalement la neige qui a eu raison de la soif de liberté d’Isaline. Samedi dernier, avec les premiers flocons, elle a rejoint un autre troupeau de bovins. Son propriétaire a alors pu la ramener à bon port. Sa balade en forêt aura duré deux semaines.

Jean-Marc Fallet élève quelques bovins pour la viande. Il n’a rien d’un novice, mais explique n’avoir jamais vécu une expérience pareille. «Et j’ai 64 ans!» lance-t-il.

Isaline va maintenant passer l’hiver à l’étable, puis sera ensuite «fixée sur son destin», conclut «Arcinfo». «Élevée pour la viande, elle devrait alors prendre le chemin de l’abattoir des Ponts-de-Martel.»

R.M.

Créé: 20.11.2019, 10h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.