Vendredi 24 mai 2019 | Dernière mise à jour 00:47

Politique Neuchâtel, une femme pour un homme, sinon rien!

50 sièges pour les femmes, 50 pour les hommes, le législatif neuchâtelois décidera en mai s'il veut faire le grand saut de la parité au Parlement. Mais les écueils ne manqueront pas.

Actuellement, le Grand Conseil neuchâtelois compte 24 femmes pour 76 hommes. Avec le nouveau système électoral, le résultat serait de 50/50. Chaque parti proposerait une liste d'hommes et une liste de femmes distinctes.

Actuellement, le Grand Conseil neuchâtelois compte 24 femmes pour 76 hommes. Avec le nouveau système électoral, le résultat serait de 50/50. Chaque parti proposerait une liste d'hommes et une liste de femmes distinctes. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis l'introduction du vote des femmes en 1971, la représentation de ces dernières dans les législatifs cantonaux n'a jamais atteint, nulle part, les 50 % qu'elles seraient en droit d'attendre. Deux générations plus tard, la situation a tendance même à stagner. Toutefois, les Neuchâtelois pourraient bien être des pionniers en introduisant un système électoral qui garantit 50 % à toutes et tous!

Une double élection

En cette année féministe, l'idée la plus inédite et radicale est défendue par les socialistes neuchâtelois. C'est un peu comme l’œuf de Colomb. Le député et juriste Baptiste Hunkeler explique: «L'élection des 100 députés se ferait en deux élections simultanées: 50 sièges pour les femmes et 50 sièges pour les hommes. Ensuite ils se fonderaient comme dans l'assemblée actuelle selon les groupes politiques. C'est une idée novatrice, qui, à ma connaissance, n'a jamais été tentée. Nous avons déposé un postulat dans ce sens il y a deux ans et la commission législative est aujourd'hui favorable à faire voter ce projet en plénum.»

Système proportionnel des deux côtés

Le projet a le soutien du groupe socialiste et des Verts. Il manque encore quelques voix pour obtenir une majorité. Baptiste Hunkeler espère les réunir d'ici la session de mai, lorsque la proposition sera votée: «Il faut préciser que c'est une période d'essai de trois législatures. Cette solution permet d'une manière simple de parvenir à la parité dans le législatif et cela met hommes et femmes avec une réelle égalité des chances dès le départ. Chaque parti propose deux listes, une pour les femmes une pour les hommes et l'élection se déroule selon le système proportionnel.»

Faisable sur une circonscription

Pour le conseiller aux Etats Didier Berberat (PS/NE), «C'est faisable. Aujourd'hui Neuchâtel n'a plus qu'une circonscription, ce qui voudrait dire que chaque citoyen ou citoyenne aurait 50 suffrages pour les hommes et 50 pour les femmes. En fait ce serait comme l'élection de deux demi-Grand Conseil. Pourquoi pas, je suis favorable à cette idée, même si cela semble un peu prématuré par rapport aux mentalités.»

Des recours probables

Pour Didier Berberat, Neuchâtel serait un laboratoire sur cette voie, mais les écueils peuvent être nombreux: «Une question d'égalité de traitement risque de se poser dès les moment où le 51e homme aura fait plus de voix que la 40e femme... Un recours pourrait aller jusqu'au Tribunal fédéral. De toute façon il faudra une modification de la Constitution et un vote populaire. Et cette nouvelle Constitution devrait aussi être avalisée par les Chambres fédérales.»

Votation en novembre ?

En attendant, si le Grand Conseil accepte la proposition au mois de mai, Baptiste Hunkeler estime que la votation sur le Parlement 50/50 pourrait avoir lieu en novembre: «Le vote à 16 ans est déjà prévu à cette date, cela permettrait d'avoir un groupement d'objets institutionnels.» Si c'est le cas, nul doute que la Suisse entière aura les yeux rivés sur le sort de ce système électoral paritaire, qui pourrait faire réfléchir d'autres cantons...

(Le Matin)

Créé: 08.04.2019, 14h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.