Vendredi 10 juillet 2020 | Dernière mise à jour 23:52

Suisse Rien ne va plus pour «No Billag»

Les jeux semblent faits contre l’initiative qui veut supprimer la redevance pour le service public audiovisuel. Le troisième sondage Tamedia montre une opinion figée.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec le troisième sondage sur l’initiative populaire «No Billag», la tendance du non se confirme de manière implacable. Réalisé auprès de 17'164 personnes entre le 16 et le 19 février, l’échantillon montre que 58% des personnes affirment un refus clair et 2% un refus probable. En face, 37% des sondés déclarent qu’ils voteront oui et 2% probablement oui. Sur le plan des partis, l’UDC reste le plus favorable à l’initiative avec 70%, suivi du PLR avec 35%. Ces résultats sont similaires aux deux sondages précédents, à mi-janvier et début février, à 1% près. Soit la marge d’erreur.

Pour les opposants, trois arguments viennent en tête: sans la redevance, les médias deviendraient trop dépendants des privés qui les financeraient (26%), de nombreuses émissions ne seraient plus produites (23%) et la couverture des régions ne serait plus suffisante pour un débat démocratique (20%). Au mois de janvier, la SSR avait également publié son sondage, qui donnait 60% de non à l’initiative. Et, selon un deuxième sondage SSR publié ce mercredi 21 février, les Suisses refuseraient maintenant à 65% l'initiative «No Billag», soumise au peuple le 4 mars.

Créé: 21.02.2018, 06h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.