Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 14:19

Valais A Noës, les voisins ne veulent pas d'un parking sur la vigne

La commune de Sierre a mis à l'enquête un parking à ciel ouvert sur une parcelle au centre du village. Les voisins font opposition et l'ATE a fait part de sa désapprobation.

Sur cette parcelle de 1600 m2, la commune de Sierre veut construire un parking de 37 places à ciel ouvert. Pour les habitants voisins de Noës, c'est un non-sens que d'amener des voitures jusqu'ici à travers leur village.

Sur cette parcelle de 1600 m2, la commune de Sierre veut construire un parking de 37 places à ciel ouvert. Pour les habitants voisins de Noës, c'est un non-sens que d'amener des voitures jusqu'ici à travers leur village.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aujourd'hui, c'est une vigne de 1600 m2 dans le village de Noës, sur la commune de Sierre. Demain, ce devrait être un parking de 37 places, dûment goudronné et chaud comme la braise en plein été. Pour certains habitants de ce quartier, c'est un non-sens à l'heure du réchauffement climatique et où l'on recherche à maintenir des zones vertes en milieu urbain. Pour d'autres, ces places répondent à un besoin, notamment pour accueillir les fidèles lors de manifestations à l'église de Noës située sur la colline proche.

Huit opposants

La construction du parking a été mise l'enquête durant le creux de l'été et ce dossier n'aurait pas dû faire de vagues, car personne ne s'y est opposé au Conseil communal. C'était sans compter la sagacité de certains de ses habitants qui ont repéré sa parution dans le Bulletin officiel. Résultat, le 19 août, dernier jour pour faire opposition, huit personnes se sont manifestées collectivement auprès de la Commission cantonale des constructions et une autre de manière individuelle.

L'ATE écrit à la commune

Entre-temps, La section valaisanne de l'Association transport et environnement (ATE) a écrit à la commune pour s'étonner de la construction d'un parking à cet endroit où les accès sont si restreints. Sa chargée d'affaires Evelyne Bezat constate: «Il est situé dans un endroit où il y a peu de circulation. Pour y accéder, il faudra traverser des rues étroites, cela apporte de la circulation là où il y en a pas. En terme de mobilité ce n'est pas souhaitable. Il y a aussi une vigne à cet endroit et on veut ne faire une zone bétonnée, ce n'est pas optimal comme projet.»

Des places de luxe ?

Mais à Sierre, cela fait bientôt dix ans que l'on parle d'un projet de parking à Noës, soutenu par l'influente fondation de l'Oeuvre Sainte-Thérèse, qui gère l'église. Initialement, il était prévu sur une parcelle plus accessible appartenant à la commune. Puis il a été déplacé sur cette vigne qui appartenait à un privé et qui est passée finalement en zone d'intérêt général. La commune a alors effectué un échange de parcelles avec le propriétaire. Pour un opposant, cela a encore augmenté le coût réel du projet: «On ne dispose pas de chiffres, mais on peut estimer avec la valeur du terrain perdu dans l'échange, les études et les aménagements que ce parking revient à près 2 millions de francs.» Ce qui ferait plus de 50 000 francs la place.

Unanime pour la clause du besoin

Le municipal en charge de l'aménagement du territoire, Eddy Beney, est surpris, mais pas étonné, par ces oppositions. Surpris parce que ce projet est le fruit d'une longue réflexion: ««Elle a été lancée en 2008-2009 avec le plan directeur. Ce projet est revenu sur la table en décembre dernier. Actuellement, les voitures parquent sur la place de l'école ou sur les trottoirs. Il y a un grand besoin à cet endroit, particulièrement quand il y a des manifestations à l'église. Cette clause du besoin a été retenue à l'unanimité par le Conseil.» Mais il n'est pas étonné finalement de la réaction des voisins pour défendre l'affectation verte actuelle de la parcelle: «Ils ont le droit d'avancer leurs arguments, c'est le but de toute mise à l'enquête que d'ouvrir un échange de vues et de prendre en compte les remarques pour améliorer le projet le cas échéant.»

Noës a assez donné!

Pour les opposants, le problème de leur village est plus global. Depuis 50 ans, Noës a accueilli nombre d'infrastructures de Sierre: la STEP, les centres commerciaux, l'autoroute et bientôt l'entrée du tunnel de contournement routier... «Alors que la commune de Sierre possède plusieurs milliers de m2 de friche à Noës, observe un opposant, qu'elle aurait pu aménager à moindre frais, elle préfère casser la dynamique d'un quartier qui en dix ans s'est totalement transformé. Les vieilles bâtisses tombant en ruine ont fait place à un quartier totalement rénové par de nouveaux habitants attirés par une qualité de vie qu'ils souhaitent dorénavant à tout prix préserver».

Créé: 20.08.2019, 14h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.