Samedi 17 août 2019 | Dernière mise à jour 17:02

Bâle Le nombre de cas d'intoxications au GHB explose

L'an dernier, l'hôpital universitaire de Bâle a testé quatre fois plus de femmes positives au GHB qu'en 2015 et 2016. Faire un lien avec des agressions sexuelles reste cependant difficile.

Dans son rapport, l'hôpital universitaire de Bâle pense que la majorité des patientes positives à la drogue du violeur ont subi une agression.

Dans son rapport, l'hôpital universitaire de Bâle pense que la majorité des patientes positives à la drogue du violeur ont subi une agression. Image: Keystone

Infobox

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une évolution inquiétante a été révélée à l'hôpital universitaire de Bâle (USB). Depuis deux ans, le nombre de patientes testées positivement à la drogue du violeur a drastiquement augmenté, rapporte lundi bz Basel. L'an dernier, 21 cas ont été enregistrés contre 5 en 2015 et en 2016.

Ces chiffres paraissent d'autant plus étonnants que rien ne laisse supposer une hausse de la consommation volontaire de GHB. «En Suisse, ce produit ne figure pas parmi les stupéfiants les plus consommés», confirme Anne Tschudin, porte-parole du département bâlois de la santé. Dans son rapport, l'USB pense que la majorité des patientes positives à la drogue du violeur ont subi une agression. Mais ceci n'est qu'une supposition, difficilement prouvable.

Margit Becker, de l'aide aux victimes des deux Bâle, précise: «Lorsqu'on trouve des traces de GHB dans le sang, on peut le mettre en lien avec une agression sexuelle. Mais c'est souvent très difficile parce que la drogue est totalement éliminée du corps après 6 à 8 heures.»

Aucun souvenir

Les effets du GHB se manifestent en général très rapidement: étourdissements et nausées peuvent s'intensifier jusqu'à la perte de connaissance. En très peu de temps, les victimes perdent le contrôle de leur corps, sont manipulables et ne peuvent plus se défendre. Dès que les effets s'estompent, nombreux sont ceux qui souffrent d'un gros trou de mémoire.

Roland Bingisser, médecin-chef aux urgences de l'USB, confirme: «La plupart des patientes ne se souviennent de rien.» En cas de soupçons de viol, les médecins conseillent de porter plainte auprès de la police. Dr Bingisser note cependant qu'il est parfois difficile de savoir si les personnes ont réellement ingurgité du GHB contre leur gré. A petites doses, explique-t-il, cette substance provoque des sentiments positifs.

Créé: 06.11.2018, 19h35

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.