Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:09

Suisse Record d'encéphalites à tiques en août

Avec un total de 308 cas de méningo-encéphalite verno-estivale (FSME), il faut remonter à 2000 pour voir un chiffre plus élevé.

La méningo-encéphalite verno-estivale (FSME) est une maladie transmise par les tiques.

La méningo-encéphalite verno-estivale (FSME) est une maladie transmise par les tiques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nombre de cas de méningo-encéphalite verno-estivale (FSME), une maladie transmise par les tiques, a continué d'augmenter en août, avec 33 nouvelles déclarations. Depuis le début de l'année, le total est désormais de 308, un record depuis l'an 2000.

Entre le début de l'année et fin août, on estime à 30'900 le nombre de consultations médicales pour une piqûre de tique et à 12'700 celui des cas de borréliose aiguë, une autre maladie transmise par les tiques, a indiqué lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin hebdomadaire.

Le nombre de cas a atteint un pic en juin, avant de connaître une baisse continue en juillet et août.

Ces deux statistiques sont répertoriées via le système de déclaration Sentinella, dans lequel un réseau de médecins de premier recours effectue des déclarations hebdomadaires sur une base volontaire. Les cas de méningo-encéphalite verno-estivale ou encéphalite à tiques doivent, eux, être obligatoirement déclarés.

Vaccination recommandée

Il existe un vaccin pour cette maladie. L'OFSP le recommande aux groupes à risque. Parmi ceux-ci figurent les personnes habitant ou séjournant dans les régions connues pour abriter des tiques infectées par le virus de la FSME, notamment celles qui se rendent souvent en forêt.

Le site Internet «piqure-de-tique.ch», permet de vérifier, en saisissant son code postal, si on se trouve dans une zone à risque. C'est entre mars et novembre que les tiques sont les plus actives.

Pour la borréliose, aussi appelée maladie de Lyme, il n'existe en revanche pas de vaccin. Pour s'en protéger, il convient alors d'appliquer les conseils de prévention «classiques», à savoir éviter les endroits à risques, appliquer un répulsif sur la peau et les vêtements et porter des vêtements couvrants, de préférence de couleur claire. Il est ainsi plus facile de repérer les tiques. (ats/nxp)

Créé: 10.09.2018, 11h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.