Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 17:50

Bâle Le nouveau patron de Baselworld confiant

Malgré les multiples défections de marques horlogères, le nouveau dirigeant de Baselworld, Michel Loris-Melikoff, rassure les adeptes de chronographes sur la pérennité de la foire.

Le nouveau patron de Baselworld est confiant sur l'avenir de la foire.

Le nouveau patron de Baselworld est confiant sur l'avenir de la foire. Image: Georgios Kefalas/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face aux multiples défections d'exposants pour la prochaine édition de Baselworld, son nouveau directeur général Michel Loris-Melikoff, en poste depuis juillet, s'est malgré tout montré confiant dans une interview au site allnews.ch. Selon lui, «l'écrasante majorité de nos exposants considère Baselworld comme étant la foire de référence, qui actuellement n'a pas d'équivalent.»

Pourtant, en 2019, plusieurs marques feront défaut au plus grand salon horloger de Suisse, notamment toutes celles du groupe Swatch. Le patron Nick Hayek a notamment critiqué cet été le fait que le groupe MCH a trop peu pris en compte l'avis des exposants pour élaborer un nouveau concept. Raymond Weil et Corum ont également annoncé cet automne qu'ils ne participeraient pas. Breitling participera à Baselworld l'année prochaine, mais s'interroge pour 2020.

Malgré ces retraits de marques, Michel Loris-Melikoff soutient que «ce qui nous rend optimistes ce sont nos taux d'inscriptions pour 2019, qui n'ont absolument pas diminué après l'annonce de retrait du groupe Swatch, et se maintiennent au même niveau que l'année passée à cette même période.»

Concernant le coût des stands, Baselworld réfléchit «à des gestes à l'intention des petits exposants» et compte «travailler aussi bien avec les traiteurs qu'avec les hôtels afin de réguler les coûts» lors de la foire.

S'adapter aux attentes

Il assure que la numérisation ne va pas remplacer une foire comme celle de Bâle, car les consommateurs ont besoin de voir et de toucher les produits luxueux. Le patron de Baselworld dit toutefois avoir conscience que ce type d'événements doit s'adapter aux attentes des visiteurs, de plus en plus friands d'animations et de promotions.

À propos de la prochaine édition, Michel Loris-Melikoff veut développer l'usage du «chatbox (ou robot de conversation) pour propulser Baselworld 2019 à la place de première plateforme mondiale (...) dans notre secteur». Une journée entière sera aussi dédiée à la presse.

Le nouveau directeur général assure penser plus loin que l'année 2019 pour l'avenir de la foire: «notre stratégie de renaissance s'inscrit dans la durée, et ses effets les plus marquants sont planifiés pour l'édition 2020».

(ats/nxp)

Créé: 16.10.2018, 12h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.