Mardi 16 octobre 2018 | Dernière mise à jour 22:01

Handicap Obligés de traverser à l'aveugle

Malgré des aménagements toujours plus nombreux, se déplacer en ville, notamment à Genève, reste parfois compliqué pour les malvoyants. Balade autour de la gare Cornavin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un détecteur pour que les aveugles n’aient plus besoin d’appuyer sur le bouton pour demander le vert avant de traverser: l’État de Genève communiquait début janvier sur ce dispositif, installé à un feu. Mais il est trop tôt pour en parler, estime Jean-Marc Meyrat, qui souffre de cécité. «Le système n’est pas au point. Et je préfère quand on me laisse faire», réagit celui qui travaille à l’Association pour le bien des aveugles et malvoyants (ABA). Il regrette notamment que le capteur se déclenche même si la personne ne veut pas traverser. Un couac qui révèle bien d’autres difficultés de la mobilité des malvoyants.

Par exemple, la place de Cornavin, très fréquentée, est qualifiée d’«horrible» par celui qui est également chargé de projet au Centre de compétences en accessibilité. «Il n’y a aucun repère, on est obligé de traverser à l’aveugle au milieu des taxis et des bus», s’insurge-t-il. Mais tout n’est pas négatif. Dans nos villes, de nombreux aménagements peu connus du grand public sont accessibles aux déficients visuels. «Quand j’étais jeune, je ne m’imaginais pas qu’il y aurait de tels progrès», explique Jean-Marc Meyrat. Les bornes jaunes fixées aux passages piétons constituent un système indispensable. Elles vibrent et émettent un son pour signaler que le feu est vert. Dans toutes les villes sauf à Genève! Où elles sont silencieuses pour éviter les nuisances.

Pas d’uniformité

«Le bruit sert aussi à repérer le poteau. Là, il faut tâtonner avec la canne», regrette le Valaisan d’origine. Les passages piétons et les quais de trams genevois sont indiqués par des boules que l’on sent sous le pied. Une spécificité du bout du lac qui vient de France. «Les aménagements dépendent souvent des fournisseurs, indique le quinquagénaire. La Suisse alémanique travaille beaucoup avec l’Allemagne. L’idéal serait que les systèmes soient uniformisés pour ne pas avoir à les découvrir quand on arrive dans une ville.»

On trouve ainsi beaucoup plus de lignes blanches qui guident les aveugles dans les villes d’outre-Sarine. Les gares CFF en sont aussi équipées. À Cornavin, Jean-Marc Meyrat se déplace avec aisance grâce à elles. «Elles sont très pratiques. C’est une vraie zone de sécurité. Elles permettent d’avoir l’esprit plus libre, de ne pas avoir à tout retenir par cœur ou de devoir compter le nombre de pas», explique-t-il.

Une plus grande tranquillité d’esprit et une autonomie accrue sont également apportées par les développements technologiques. En cela, l’arrivée des smartphones a révolutionné la vie des personnes souffrant d’un handicap visuel. Les applications destinées au grand public, comme Google Maps, ou celles dédiées aux aveugles leur permettent de se déplacer plus facilement, en leur indiquant la direction à suivre et les intersections.

«La technique est une aide très intéressante mais elle n’exclut pas de savoir bien se déplacer avec une canne, estime Jean-Marc Meyrat. Et il y a un vrai gros risque que les pouvoirs publics délaissent les aménagements…» (Le Matin)

Créé: 02.02.2018, 08h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.