Mardi 25 septembre 2018 | Dernière mise à jour 10:41

Zurich Un obstacle de moins pour le projet de stade de foot

Le législatif communal a donné son feu vert à la cession du stade à des investisseurs privés.

La future enceinte est destinée aux deux clubs phares, le FC Zurich et Grasshopper.

La future enceinte est destinée aux deux clubs phares, le FC Zurich et Grasshopper.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le nouveau projet de stade de football à Zurich franchit un obstacle. Le Parlement municipal a approuvé mercredi la cession du site du Hardturm à des investisseurs privés. Mais l'érection de deux tours liées au projet est contestée. Les citoyens auront le dernier mot.

Par 73 voix contre 37 et sept abstentions, le législatif communal a donné son feu vert à un arrangement avec les investisseurs privés. L'accord permettrait, après deux tentatives infructueuses en moins de 20 ans, de construire un stade de football sur le site du Hardturm, à l'ouest de la ville.

La future enceinte destinée aux deux clubs phares, le FC Zurich et Grasshopper, ne coûtera pas un centime à la ville. Cette dernière cède en revanche le site gratuitement aux investisseurs et renonce du même coup aux 50 millions de francs que lui avait coûté le rachat du terrain il a y quelques années.

18'500 places dès 2021

Inaugurée en 2021 au plus tôt, l'arène sera louée par une société d'exploitation créée par les deux clubs. De forme rectangulaire, elle présentera une façade en verre permettant des jeux de lumière grâce à l'éclairage LED.

Le projet des investisseurs Credit Suisse, HRS et de la coopérative de logements ABZ coûte 570 millions de francs. Sur 55'000 m2, il réunit un stade de 18'500 places, 173 logements de coopératives dans des immeubles et deux tours de 137 mètres, comprenant 600 appartements de luxe pour la plupart. Ces deux dernières doivent permettre de financer le stade.

La ville accorde un droit de superficie bon marché de 1,2 million de francs annuel pour la construction des deux tours et renonce du même coup à des recettes supplémentaires estimées à 1,7 million de francs. Ce faisant, elle soutient indirectement le projet sur le plan financier. Elle n'aura en revanche pas à ouvrir son porte-monnaie pour la construction et l'exploitation du stade.

Logements de luxe contestés

La partie est toutefois loin d'être gagnée en vue de la votation communale qui devrait avoir lieu en novembre. La droite soutient le projet, mais la gauche majoritaire est partagée en raison des deux futures tours habitables, les plus hautes de Zurich. Leur intégration dans le paysage et la part belle qu'elles donnent aux logements peu abordables divisent le PS, les Verts et la gauche alternative.

En cas de nouveau refus populaire, le deuxième en cinq ans sur ce véritable serpent de mer zurichois, les investisseurs pourraient bien construire encore davantage de logement à loyers élevés sur le terrain cédé par la ville, répliquent les partisans de l'accord obtenu par la ville.

Selon l'exécutif, le FCZ et GC ont besoin d'un vrai stade de football pour garantir leur assise sportive et économique à long terme. Actuellement locataires du stade du Letzigrund, destiné en principe à l'athlétisme et aux grands concerts, ils ne peuvent pas y prendre en charge la restauration ni y organiser des événements spéciaux pour réaliser des recettes précieuses.

Vingt ans de projets

En 2003, les citoyens avaient déjà approuvé un projet de stade de football, lancé en 1998. Il s'agissait d'un projet de partenariat public/privé doté de 30'000 places. Il a finalement dû être enterré en raison de nombreuses oppositions administratives. L'ancien stade vieillissant du Hardturm a, lui, été rasé en 2009. L'équipe de Grasshopper déménageait alors au Letzigrund, où le club fait ménage commun avec le FCZ.

Un second projet de nouveau stade au Hardturm - 19'000 places - a échoué dans les urnes en 2013. Les citoyens refusaient de justesse un projet entièrement financé par la ville tout en approuvant les logements qui lui étaient liés. La ville a abandonné l'idée d'une arène financée par la manne publique. Elle s'est en revanche engagée à s'arranger avec le secteur privé pour obtenir des logements bon marché dans le nouveau projet. (ats/nxp)

Créé: 12.07.2018, 07h14

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.