Dimanche 8 décembre 2019 | Dernière mise à jour 15:52

Crash «Dropped» «On était tous tellement heureux d’être là»

Jointe dans son hôtel en Argentine, Anne-Flore Marxer témoigne pour la première fois sur le drame qui a frappé l'équipe de l'émission de TF1.

Entourant le présentateur Louis Bodin, de gauche à droite: le boxeur Alexis Vastine, les nageurs Alain Bernard et Camille Muffat, la navigatrice Florence Arthaud, le footballeur Sylvain Wiltord, la cycliste Jeannie Longo, la snowboardeuse Anne-Flore Marxer et le patineur Philippe Candeloro.

Entourant le présentateur Louis Bodin, de gauche à droite: le boxeur Alexis Vastine, les nageurs Alain Bernard et Camille Muffat, la navigatrice Florence Arthaud, le footballeur Sylvain Wiltord, la cycliste Jeannie Longo, la snowboardeuse Anne-Flore Marxer et le patineur Philippe Candeloro. Image: TF1

Une équipe frappée au coeur

Alexis Vastine - Décédé à 28 ans, il avait gagné la médaille de bronze des moins de 69 kg aux JO de Pékin après une défaite en demi-finale suite à une décision arbitrale controversée. Sa famille vit un véritable cauchemar, la sœur d’Alexis ayant trouvé la mort à 21 ans dans un accident de la route il y a deux mois.

Camille Buffat - Décédée à 25 ans dans ce drame, elle était l’une des plus grandes nageuses françaises de l’histoire. La triple médaillée aux JO de Londres voulait vraiment faire «Dropped», a raconté son petit ami. «Elle disait que c’était génial, qu’elle s’éclatait», a-t-il déclaré à Nice-Matin.

Florence Arthaud - Décédée à 57 ans dans la catastrophe, la «petite fiancée de l’Atlantique» était une légende de la voile. Seule femme à avoir remporté la Route du Rhum, en 1990, après avoir battu le record de la traversée de l’Atlantique Nord la même année, elle a failli mourir en tombant de son bateau en 2011.

Alain Bernard - Le triple médaillé aux JO de Pékin et premier champion olympique français sur le 100 mètres nage libre semble être un miraculé. Selon «Le Parisien», il aurait dû être à bord de l’un des deux hélicoptères accidentés. Mais, pour une question de poids, on lui aurait demandé de prendre le suivant. Il est âgé de 31 ans.

Louis Bodin - Pour le Monsieur Météo de TF1, c’était sa première émission d’aventures. Il était en altitude, filmant les plateaux de «Dropped», attendant les candidats qui devaient le rejoindre en hélico. Il a appris la tragédie dix minutes après. «On restera soudés, on rentrera tous ensemble ces prochains jours.»

Sylvain Wiltord - L’ancien international français, âgé de 40 ans, a été le premier éliminé du jeu (dont on tournait le deuxième épisode) et était déjà rentré à Paris. C’est là qu’il a appris la tragédie et a réagi sur Twitter: «Je suis triste pour mes amis, je tremble, je suis horrifié, je n’ai pas de mots, je ne veux rien dire.»

Jeannie Longo - L’Iséroise de 56 ans, qui a connu une carrière à la longévité et au palmarès exceptionnels, faisait partie des membres de «Dropped» qui devaient rejoindre Louis Bodin avec un troisième hélicoptère. Elle a pu envoyer un message à son mari pour lui dire qu’elle était saine et sauve.

Anne-Flore Marxer - Championne du monde de la discipline en 2011, la Franco-Suisse de 31 ans a été la dernière candidate de «Dropped» dont le nom a été dévoilé il y a une semaine seulement. Elle est saine et sauve. Elle devait se rendre en Alaska en fin de semaine pour la Coupe du monde de freeride.

Philippe Candeloro - Aussi connu pour ses médailles olympiques que pour son franc-parler en tant que consultant, le Français de 43 ans a déjà participé à plusieurs jeux télévisés. Au moment du drame, il était au sol, les yeux bandés pour une épreuve, mais a entendu le crash et a couru sur les lieux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Vaudoise a la voix chevrotante. Et pourtant, malgré le terrible accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à dix personnes lundi soir en Argentine, la snowboardeuse veut garder en mémoire l’aventure humaine extraordinaire qu’était «Dropped». «On a vécu des moments géniaux, inoubliables.»

Lâchés au milieu de nulle part, les sportifs ont dû trouver de la nourriture, construire des abris, faire du feu. Et marcher sur des kilomètres et des kilomètres. Le tout dans des paysages somptueux, entourés de lamas. «Avec Camille, Alexis et FLorence (réd: la nageuse Camille Muffat, le boxeur Alexis Vastine et la navigatrice Florence Arthaud, sportifs décédés dans l'accident) on était soudés, ce qu’on a vécu est inoubliable. Nous resterons amis à jamais.»

«On se faisait des crasses, mais c'était bon enfant»

Pour la Vaudoise, ce jeu télévisé de TF1 n’était pas une compétition, au contraire. «On s’inquiétait toujours du sort des uns des autres.» Anne-Flore Marxer décrit l’ambiance entre les participants et l’équipe de tournage comme «forte, joyeuse, soudée». «On n’arrêtait pas de rigoler!» Elle explique par exemple que durant les trajets en bus, la personne qui s’endormait risquait de voir ses bras couverts de dessins faits au stylo par ses facétieux camarades: «On se faisait des crasses mais c’était bon enfant. »

Des discussions profondes

Ces liens si forts que les participants ont tissés durant ce séjour s’expliquent aussi par le fait qu’ils étaient coupés du monde, sans téléphone. «On a pu discuter de manière très profonde. Entre sportifs, on a partagé nos interrogations, doutes et questionnements face à nos carrières et nos avenirs. Ce sont les mêmes. On avait tous envie d’être là, de partir sans savoir où on allait, de découvrir des paysages somptueux, de vivre une aventure hors du commun. On était tous là pour la même raison. C'est important pour moi de le dire.»

Peu avant le drame, les participants jouaient encore aux mimes et aux cartes, en attendant de partir pour la deuxième épreuve de l’émission. «On a aussi dansé avec des enfants, la bachata, le tango. On voyait la montagne en face de nous, somptueuse, on avait très envie de la découvrir.» Jusqu'au moment de monter dans l’hélicoptère, les personnes qui sont tragiquement décédées lundi soir étaient heureuses, la Vaudoise en est persuadée.

Equipe bleue et équipe rouge

La moitié de l’équipe de production était déjà montée au point de départ de l’épreuve et il était convenu que l’équipe bleue décolle en premier pour le rejoindre. Anne-Flore, Philippe Candeloro, Alain Bernard et Jeannie Longo faisaient partie de l’équipe rouge. «On était partis d'abord sur la première étape à Ushuaïa. C’est une question de chance. Finalement, c’était eux ou nous, c’était pareil.»

Peu après le décollage, l'équipe restée à terre a assisté, impuissante, à la collision entre les deux hélicoptères et au crash. Anne-Flore et ses amis n’ont rien pu faire. Des images terrifiantes, effroyables, sur lesquelles la Vaudoise ne désire pas s'exprimer et qu'elle n'arrivera sans doute jamais à effacer de sa mémoire.

«Epoustouflée par leur professionnalisme et leur sérieux»

Malgré sa douleur, Anne-Flore tient à mettre en avant les membres de l’équipe de tournage. «On vivait cette expédition ensemble. Je suis chanceuse d’avoir pu rencontrer ces personnes-là. J’étais époustouflée par leur professionnalisme, leur performance sportive et leur entrain. Nous étions sous la grêle, la pluie, avons dormi par terre aussi. Je sais qu’ils étaient ravis d’être là avec nous. Ils sont montés dans l'hélicoptère avec le sourire. Ils laissent derrière eux des familles, des enfants. Je pense à eux.» Anne-Flore sait que les images de la première épreuve déjà tournée ne seront jamais diffusées. «Dommage, car ce sont des moments très forts que nous avons tous adorés vivre. J’aurais aimé les voir et les partager avec nos proches et ceux de tous les participants. Des moments de bonheur.»

La Vaudoise ne sait pas quand elle quittera l’Argentine et pourra rentrera chez elle. Une enquête sur les circonstances du drame a été lancée et plusieurs membres de l’équipe doivent être entendus comme témoins.

«Ca nous fait du bien d'être ensemble et d'échanger

Mais d’ici-là, la championne du monde de snowboard apprécie que l’équipe soit isolée, que ses membres restent soudés. «Ce qui nous fait du bien, c’est d’être ensemble et de pouvoir échanger sur ce qui s'est passé et surtout sur ce que nous avons partagé. Quand le monde extérieur s’en mêlera, ce sera plus compliqué.»

Mais malgré tout, à aucun moment, elle n’oublie les familles des personnes parties trop tôt à cause de cette tragédie. «On pense très fort à eux. A Camille, Alexis, Florence. Ils nous manquent chaque seconde. On gardera ça à jamais en nous.»

Créé: 11.03.2015, 07h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.