Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

Météo Les orages vont encore frapper

Après les trombes d’eau qui se sont abattues sur la Suisse alémanique dimanche soir, la fin de la semaine s’annonce à risque avec des vents violents et de la grosse grêle.

20 000
Le nombre d’éclairs qui ont illuminé la Suisse dimanche, dont 3200 rien qu’à Zurich.

67
Le record de millimètres d’eau tombés en Suisse dimanche, mesuré à Giswil (OW).

350
Les interventions de pompiers dans le canton de Zurich. 132 appels pour caves inondées ont été enregistrés dans le canton de Lucerne entre 19 h 30 et 23 h 30.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les orages qui ont frappé la Suisse dimanche ont donné lieu à des précipitations très variées suivant les régions. Alors qu’il est tombé 24,6 mm d’eau à La Brévine (NE), il y en a eu 38,7 mm à Thoune (BE). Et si, aux alentours de Lucerne où s’est produit le drame qui a tué une mère et sa fille, il n’y en a eu qu’une trentaine de millimètres en tout, le problème est qu’il en est tombé 14,9 mm en dix minutes, soit 15 litres d’eau d’un coup, a relevé MétéoSuisse. Les cantons de Berne, de Zurich et la Suisse centrale ont été particulièrement touchés.

QUELS DÉGÂTS?

Gonflée par ces précipitations, la rivière Zulg a provoqué une crue de l’Aar qui a charrié des tonnes de bois, près de Berne. Des routes ont été coupées dans plusieurs cantons alémaniques, ainsi que des voies ferroviaires. L’aéroport de Kloten a été paralysé une demi-heure dimanche soir en raison de la foudre qui frappait le sol à moins de 5 km des pistes. A Lucerne, une femme de 75 ans, piégée dans sa voiture, a été évacuée par la police.

EST-CE EXCEPTIONNEL?

«La Suisse alémanique est souvent plus touchée que nous, explique Dean Gill, spécialiste à MétéoSuisse. Les orages ont tendance à se casser sur le bassin lémanique, reprennent de l’ampleur dans la région du Napf, et partent en direction de Zurich. Ce qui était impressionnant dimanche, ce sont les quantités d’eau tombées. Les nuages se sont regroupés, créant un train de cellules orageuses formant un arc sur la Suisse alémanique. Vu le peu de vent, l’orage s’est déplacé lentement, déversant du coup plus d’eau. Car les nuages en étaient bien chargés.»

Au mois de juin, connu pour être celui des orages, le soleil est haut et le réchauffement fort. L’air se charge d’eau au niveau du sol, provenant de l’évaporation des cours d’eau et de la transpiration des plantes. «Ce n’est pas visible, souligne Dean Gill, mais on a une sensation de moiteur. Pour nous rafraîchir, nous mettons de l’eau sur notre corps et c’est son évaporation qui donne une sensation de fraîcheur. Mais là, comme l’air est déjà très humide, elle ne s’évapore pas. Et cet air moite est le carburant des orages.» Ceux de dimanche étaient de plus très électriques, d’où le nombre impressionnant d’éclairs observés. Mais rien d’exceptionnel toutefois, ni qui soit lié à un dérèglement climatique.

Violents par leurs précipitations, ces orages ne l’étaient pas particulièrement par leurs vents. «D’après les prévisions, il risque d’y en avoir de plus dynamiques en fin de semaine, avec cette fois du vent et des risques de grosse grêle, mais moins d’eau puisqu’ils se déplaceront plus vite.»

COMMENT SAVOIR?

«On ne sait pas prédire l’évolution des orages avec précision. On peut déterminer des secteurs possibles, suivre leur progression une à deux heures à l’avance, mais il est difficile de savoir quelles régions vont être particulièrement touchées. Il faut aussi savoir que le plus gros risque lié à la foudre survient au moment des premières grosses gouttes, car les éclairs sont plus fréquents sur le front de l’orage.» Evitez aussi, en voiture, de vous engager sur une chaussée même s’il n’y a que 30 cm d’eau. «Cela peut suffire pour emporter le véhicule.»

PRÉVOIR LA GRÊLE?

MétéoSuisse propose depuis le 1er juin une application avec laquelle les gens peuvent signaler la taille des grêlons qu’ils voient tomber. «Nous avons déjà reçu plusieurs centaines de notifications, dit Alessandro Hering, coordinateur scientifique à MétéoSuisse. Avec une forte intensité dans la région du lac de Thoune dimanche. Ces informations nous permettront d’améliorer nos prévisions.» Une autre application est en test. Elle sera utile, notamment aux agriculteurs ou aux vignerons, qui seront prévenus d’un danger de grêle plusieurs minutes à l’avance. (Le Matin)

Créé: 09.06.2015, 12h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.