Mercredi 19 septembre 2018 | Dernière mise à jour 18:12

Valais Oskar Freysinger promet «340 pages de dynamite»

Déchu en mars 2017, l'ancien conseiller d'Etat valaisan UDC priorise l'écriture, sans pression. Il laisse planer le mystère sur son dernier opus, «Le côté obscur de la lumière», qui sort le 31 août.

Oskar Freysinger ne s'exprimera pas avant la sortie de son prochain ouvrage à la fin du mois. Il pose ici en janvier 2017 sous l’œil de notre photographe.

Oskar Freysinger ne s'exprimera pas avant la sortie de son prochain ouvrage à la fin du mois. Il pose ici en janvier 2017 sous l’œil de notre photographe. Image: Sébastien Anex

Bientôt en librairie



La couverture du nouveau livre d'Oskar Freysinger à paraître d'ici la fin du mois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il l'avait promis. Il l'a écrit. Son dernier livre, «Le côté obscur de la lumière», surtitré «Petit manuel de survie», sera verni le vendredi 31 août. Avant sa parution officielle, l'écrivain-politicien-libre penseur de 58 ans ne s'exprimera pas. Contacté par lematin.ch, il a décliné notre demande d'interview. Dans une vidéo diffusée sur YouTube lundi, il évoque pourtant sa nouvelle vie en dehors de la politique, son point de vue sur la crise migratoire ainsi que la sortie de son ouvrage sans pour autant en déflorer le contenu.

Oskar Freysinger (VS/UDC) est très discret depuis le 19 mars 2017. Le second tour des élections au Conseil d'Etat le met au tapis après vingt ans de politique suractive, dérangeante, tonitruante et atypique: conseiller communal PDC (!) à Savièse (1997-2001), cofondateur de l'UDC-Valais en 1999, député au Grand Conseil (2001-2005), conseiller national (2003-2015), enfin, brillamment élu à l'Exécutif cantonal où il hérite du Département de la formation et de la sécurité pour une législature unique (2013-2017). Fin avril 2017, il rend les clefs de son bureau sans flonflon et se retire de la scène médiatico-politique, où il prenait tant de place, sur la pointe des pieds.

«Le combat va continuer d'une autre manière»

Dans son interview YouTube de quasi 25 minutes, l'homme à la queue-de-cheval raconte sa vie d'ermite dans son chalet depuis un an et demi. Il médite, réfléchit, fait le point. Il lit aussi énormément, écrit encore plus. Et lorsqu'on lui demande si les rumeurs d'un retour en politique sont tangibles, il réplique posément: «On ne peut pas faire abstraction en tant que citoyen. Elle nous accompagne dans notre vie. Si on ne s'en occupe pas, elle ne nous oublie pas. Mais je ne veux plus retourner dans la politique politicienne. J'ai été 20 ans là-dedans. Maintenant, le combat va continuer d'une autre manière. Ce sera plus un combat d'idées, moins ce combat où il faut absolument être élu. Finalement, on est pris dans un carcan qui nous laisse peu libre.»

Et de poursuivre: «Je veux pouvoir m'exprimer sans entraves, un engagement parallèle à mon activité d'écrivain, sans être encombré. L'écriture, c'est la priorité. Avec d'un côté, un esprit libre qui commente la politique, et, de l'autre, un écrivain qui publie des œuvres.» Oskar Freysinger ne chôme pas comme il se plaît à le préciser. «J'ai composé une comédie musicale qu'on va orchestrer et mettre en scène. J'ai aussi des projets de chansons et de livres.» Enfin sur la liberté, le Valaisan se demande où se situe la civilisation. «Dans le chaos des grandes villes? La liberté telle qu'on essaie de nous la faire concevoir en Occident, c'est consommer le plus possible, n'importe quoi, n'importe comment. Une sorte de liberté qui repose sur la déresponsabilisation des individus, c'est complètement idiot. C'est le pire des esclavages qu'on puisse imaginer.»

«Du palpitant, du direct, du lourd»

En quinze ans, l'homo politicus a écrit 16 livres. La moitié en français, l'autre en allemand (ndlr. il est professeur d'allemand). «J'avais toujours mauvaise conscience. Je devais me hâter. J'étais sous pression. Maintenant j'ai plus de temps. Les idées mûrissent. Cela permet plus de profondeur au texte.» La profondeur du texte de son livre à paraître «Le côté obscur de la lumière», nous ne la connaîtrons pas avant le 31 août, jour de la publication officielle.

Son auteur a transmis à ses amis un message prometteur de mots incisifs et tranchants: «Salut les amis, Mon nouveau livre va sortir prochainement. 340 pages de dynamite. Du palpitant, du direct, du lourd, mais aussi du poétique, des drames, des montagnes d’émotions, d’humour, d’autodérision. Le récit d’une année infernale entre l’été 2016 et l’été 2017. Ca ne va pas plaire à tout le monde, mais ce texte n’est pas fait pour caresser dans le sens du poil, il répond à une nécessité psychologique et morale. Merci de forwarder à vos contacts et de me faire éventuellement l’honneur et la joie d’être présents au vernissage. À bientôt, j’espère. Oskar.»

Sur son site, la librairie Payot présente déjà l'ouvrage. Ces quelques lignes de résumé finissent par: «Oskar Freysinger vécut une campagne électorale qu’il aborda comme le Titanic fonçant sur son iceberg et … y survécut. Dans ce livre, il rend compte d’une plume décomplexée, drôle et lucide de sa mise à mort publique et de l’art de cultiver des roses sur la fumassière de la politique.» Les flèches s'annoncent piquantes.

evelyne.emeri@lematin.ch

*«Le côté obscur de la lumière» – Brinkhaus Verlag. Vernissage le vendredi 31 août, à 17h, à la librairie Payot, à Sion.

(Le Matin)

Créé: 23.08.2018, 15h02

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.