Dimanche 19 novembre 2017 | Dernière mise à jour 02:30

Suisse Parents musulmans déboutés à Strasbourg

La Cour européenne des droits de l'homme a donné tort à un couple qui ne voulait pas que leur enfant suive des cours de natation mixte.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Opposés aux cours de natation mixte prévus à l'école, des parents musulmans domiciliés à Bâle ont perdu à Strasbourg. La Cour européenne des droits de l'homme a jugé que les autorités bâloises n'ont pas violé leur droit à la liberté de religion.

Dans son arrêt, diffusé mardi, la Cour de Strasbourg explique que les autorités cantonales n'ont pas «outrepassé la marge d'appréciation considérable dont elles jouissaient dans la présente affaire». Sa décision confirme ainsi le bien-fondé d'un verdict du Tribunal administratif bâlois, qui avait considéré qu'il existe un intérêt important à ce que tous les enfants suivent les cours de natation.

Selon les considérants des juges de Strasbourg, la marge d'appréciation laissée aux autorités bâloises leur permettait de faire «primer l'obligation pour les enfants de suivre intégralement la scolarité et la réussite de leur intégration sur l'intérêt privé des parents de voir leurs filles dispensées des cours de natation mixte pour des raisons religieuses».

En mars 2012, dans cette même affaire, le Tribunal fédéral (TF) avait jugé que l'obligation de participer aux cours de natation mixtes ne constituait pas, pour les enfants musulmans, une atteinte inadmissible à la liberté religieuse.

Intégration et socialisation

Une vingtaine d'années auparavant, en 1993, le TF avait rendu une décision inverse, qui avait fait à l'époque sensation. Il avait admis le recours d'un père de famille opposé à ce que sa fille se montre en costume de bain à ses camarades de sexe masculin.

Dans la décision rendue mardi, la Cour européenne considère qu'il convient aussi de prendre en compte la gravité relative des amendes infligée aux parents des deux filles, qui s'étaient élevées à 1400 francs. Il relève que ces sanctions sont proportionnées à l'objectif poursuivi, «à savoir s'assurer que les parents envoient bien leurs enfants aux cours obligatoires, et ce avant tout dans leur propre intérêt, celui d'une socialisation et d'une intégration réussies». (ats/nxp)

Créé: 10.01.2017, 10h29

Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.