Dimanche 16 février 2020 | Dernière mise à jour 19:44

Suisse Plus de parité de genres aux Journées de Soleure

Le festival du cinéma suisse a prôné l'égalité des genres pour sa 55ème édition. Un court-métrage sur deux étaient des oeuvres de réalisatrices.

Anita Hugi, directrice des Journées du film de Soleure prend la parole lors de la cérémonie d'ouverture (22 janvier 2020).

Anita Hugi, directrice des Journées du film de Soleure prend la parole lors de la cérémonie d'ouverture (22 janvier 2020). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un court-métrage sur deux et un long-métrage sur trois présentés aux 55es Journées de Soleure étaient des oeuvres de réalisatrices. La part des femmes dans les organes décisionnels du festival du cinéma suisse a également crû, ont relevé les organisateurs.

«Les chiffres concernant la sélection de cette année sont très réjouissants», déclare la directrice des Journées de Soleure, Anita Hugi, citée dans un communiqué. Le festival a signé il y a un an la charte du «Réseau audiovisuel des femmes suisses» (Swiss Women's Audiovisual Network, SWAN), qui a pour objectif la diversité et l'égalité de genre dans l'industrie audiovisuelle suisse.

En 2019, sur 600 films envoyés aux organisateurs du festival, seuls 30% avaient été réalisés par des femmes.

«Les chiffres recueillis par les Journées de Soleure montrent que des changements par la coopération sont possibles et rapidement», commentent dans le communiqué les coprésidentes de l'association SWAN, Gabriel Baur et Stéphane Mitchell. Sept festivals suisses ont signé la charte.

Parité dans les courts et moyens-métrages

Sur les treize films en compétition en 2020 pour le «Prix de Soleure», cinq ont été réalisés par des femmes et un par une femme et un homme, soit une part de 37%. Deux femmes et un homme siégeaient dans le jury, précise le communiqué.

Dans la catégorie «prix du public», la proportion des réalisatrices monte à 42% et dans la section «panorama suisse», les noms de 82 réalisatrices sont mentionnés, contre 134 du côté des hommes.

«Pour la première fois, nous avons, en janvier 2020, atteint la parité au chapitre des courts et moyens-métrages», relève encore Mme Hugi. «C'est réjouissant», car la charte «est un précieux instrument pour permettre aux femmes de trouver leur marque», a-t-elle ajouté.

Du côté des organes décisionnels du festival, la représentation féminine est également en hausse. Trois femmes, soit 37%, siègent au conseil de direction, alors qu'elles représentent 43% des membres du comité directeur, note le communiqué. (ats/nxp)

Créé: 29.01.2020, 09h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.