Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:32

Hyperactivité Pas d'abus dans le traitement des jeunes à la Ritaline

Les médecins ne prescrivent pas abusivement de la Ritaline aux enfants ou adolescents hyperactifs et il n'y a pas d'explosion du nombre de personnes détournant ce genre de médicament pour améliorer leurs performances.

Sur les 3 à 5% d'enfants en âge scolaire concernés, seuls un quart se voient prescrire un médicament contenant du méthylphénidate comme la ritaline.

Sur les 3 à 5% d'enfants en âge scolaire concernés, seuls un quart se voient prescrire un médicament contenant du méthylphénidate comme la ritaline. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

N'ayant pas constaté d'abus dans le traitement à la Ritaline des enfants et adolescents hyperactifs, le Conseil fédéral juge inutile de légiférer sur le sujet.

La prise en charge médicale des enfants présentant un trouble du déficit de l'attention (TDAH) est adéquate, conclut le gouvernement dans un rapport adopté mercredi en réponse à plusieurs postulats du National. Sur les 3 à 5% d'enfants en âge scolaire concernés, seuls un quart se voient prescrire un médicament contenant du méthylphénidate comme la Ritaline.

Le nombre de personnes traitées est globalement en augmentation, mais aussi à l'échelon international. Le traitement des enfants et des jeunes est généralement accompagné d'une meilleure prise en charge psychosociale. Médication et psychothérapie sont donc complémentaires et non concurrentes.

Stabilisation pour les jeunes

Le débat public et de meilleures connaissances scientifiques ont conduit à une meilleure acceptation des traitements médicamenteux, ce qui explique sans doute largement leur augmentation. Le nombre de prescription de méthylphénidate à des enfants et des adolescents âgés de 6 à 18 ans devrait se stabiliser dans un proche avenir.

Le Conseil fédéral a toutefois demandé à l'Office fédéral de la santé publique de continuer à surveiller l'évolution de la prescription. Il devra aussi étudier si des mesures doivent être prises pour améliorer la qualité des traitements.

On a longtemps considéré que l'hyperactivité touchait exclusivement les enfants et les adolescents. Depuis quelques années, le diagnostic peut aussi être posé chez l'adulte. Selon les experts, la maladie touche 1 à 4% des adultes. En 2008, 0,1 % des plus de 20 ans ont été soignés au méthylphénidate et ce chiffre devrait augmenter dans les années à venir.

Les attentes élevées de la société à l'égard des jeunes peuvent pousser des parents à demander que leur enfant soit traité au méthylphénidate. Le médecin doit veiller à ne pas déplacer les limites entre l'amélioration des performances et le traitement médicamenteux d'une maladie. La liberté et les droits de l'enfant doivent être respectés.

Pas de détournement avéré

Selon le rapport, rien n'indique toutefois que le nombre de consommateurs de méthylphénidate pour améliorer les performances («neuroenhancement») ait fortement augmenté. Pas d'explosion non plus du nombre des personnes souffrant d'ennuis de santé consécutifs à cette consommation. A l'heure actuelle, 4 % des personnes ont déjà pris une fois un neurostimulants.

Il n'est donc pas nécessaire de réglementer davantage un domaine déjà soumis à la loi sur les produits thérapeutiques et la loi sur les stupéfiants. Le Conseil fédéral souhaite toutefois poursuivre la surveillance de la tendance d'utilisation et de prescription de neurostimulants.

Les dernières découvertes scientifiques peuvent influer sur la consommation surtout si de nouvelles substances ont un potentiel addictif, justifie-t-il. Les données continueront à être recensées dans le monitorage suisse des addictions et les«neuroenhancer» devraient être intégrées dans la Stratégie nationale en matière de dépendance, en cours de développement. (ats/nxp)

Créé: 19.11.2014, 14h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.