Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 07:00

Affaire d'héritage Patrick de Preux est acquitté

Après des années de procédure, le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a acquitté vendredi le notaire prévenu dans une affaire de captation d'héritage.

Le notaire Patrick de Preux est soulagé. Il est acquitté.

Le notaire Patrick de Preux est soulagé. Il est acquitté. Image: Archives/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Visiblement ému à l'annonce du verdict, Patrick de Preux s'est dit «très satisfait. J'ai énormément souffert de cette procédure. C'est pas très facile quand on voit son nom étendu dans les journaux, surtout quand on est notaire». Le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a en revanche condamné le «cupide» gestionnaire de fortune.

Très dur à vivre

«J'ai pratiqué mon métier depuis 30 ans en appliquant strictement les règles. C'est dur de se faire vilipender par certains journaux. C'est très dur à vivre», a confié le patron du Lausanne Hockey Club (LHC) et ancien député libéral.

Le jugement suit entièrement le réquisitoire du procureur qui avait abandonné les charges contre Patrick de Preux (participation à escroquerie et faux dans les titres).

Comme notaire, il a établi en 2004 un testament attribuant la fortune d'une dame âgée à une fondation visant des buts caritatifs, ce qui avait entraîné des plaintes de membres de la famille.

Pas de signe manifeste

Un des enjeux centraux du procès consistait à établir si cette femme disposait alors de sa capacité de discernement. Son médecin a établi un diagnostic de troubles cognitifs aggravés en 2004. Patrick de Preux a pour sa part affirmé que «rien» ne l'avait alerté lors des deux rencontres avec cette personne.

A coups d'expertises et de contre-expertises post-mortem, personne n'a été en mesure de déterminer finalement l'état de santé réel de cette femme à l'époque. «Il est impossible d'être catégorique», a déclaré le président, laissant le prévenu au bénéfice du doute.

Culpabilité très lourde

L'autre coaccusé du procès n'échappe pas en revanche à une condamnation pour gestion déloyale aggravée et faux dans les titres. Agé de 74 ans, malade, le gestionnaire de fortune écope d'un an de prison avec sursis pendant 5 ans et d'une peine pécuniaire de 180 jours-amende à 150 francs le jour. «Votre culpabilité est très lourde», a déclaré le président de la Cour Pierre Bruttin. «Arrogant, hautain», mû par un esprit cupide, le gestionnaire «s'est assis sur les exigences de son métier, méprisant toutes les lois», montrant toute «sa désinvolture à l'égard des autorités tutélaires». «Ce n'est que l'âge, la maladie et la convention civile signée entre toutes les parties qui vous permet d'échapper à l'emprisonnement», a souligné le président. Entamé en juin, le procès avait été suspendu jusqu'à mercredi.

Pas perdu de client Fin juillet, une convention «à satisfaction de tous» a été signée. Elle fait des plaignants les seuls héritiers des millions de francs encore disponibles, à la grande satisfaction de leur avocat Philippe Reymond. Le gestionnaire de fortune a pesté contre ce jugement. «Ca fait sourire de recevoir pendant 9 ans des leçons de la part de gens qui ne sont pas du métier», a-t-il lancé. Malgré ça, «nous n'avons pas perdu un seul client», s'est-il félicité, en référence à sa société financière transmise depuis lors à sa descendance. (ats/nxp)

Créé: 25.08.2017, 11h15


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.