Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:13

Suisse La pauvreté chez les personnes âgées augmente

De plus en plus de retraités tombent dans le piège de la dette, selon des statistiques publiées par Creditreform.

La pension de certains retraités n'est pas suffisante pour couvrir leurs coûts de santé.

La pension de certains retraités n'est pas suffisante pour couvrir leurs coûts de santé. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'année dernière, 6287 personnes décédées croulaient sous les dettes, laissant derrière elles des montants impayés, rapporte Blick. Ce nombre s'est multiplié par trois depuis 1998, comme le montrent les statistiques de Creditform.

«La pauvreté des personnes âgées augmente en Suisse. Beaucoup d'entre elles ne peuvent plus couvrir les coûts de santé avec leur pension surtout si elles ont besoin d'aide à domicile ou si elles ne peuvent plus vivre chez elles.», explique à Blick, Raoul Egeli, président de Creditreform. Ainsi de plus en plus de gens s'endettent après la retraite.

«C'est un gros problème. Surtout parce que la pension ne suffit généralement pas à rembourser les dettes, ajoute Jürg Gschwend, responsable d'un centre de conseil sur la dette à Bâle. Parfois ces personnes se rendent à leur première consultation avec des sacs en plastique remplis de factures non-ouvertes, par crainte de ce qu'elles pourraient y trouver à l'intérieur».

Un retraité sur huit touché par la pauvreté

Selon les chiffres de Pro Senectute Suisse, un retraité sur huit est touché par la pauvreté en Suisse (sans pour autant avoir contracté des dettes). Peter Burri Follath, porte-parole de Pro Senectute Suisse, relève un problème important: celui des prestations complémentaires destinées aux retraités dans le besoin, qui n'ont pas été ajustées depuis 2003. «D'après la loi, le montant des prestations complémentaires perçues par les retraités doit pouvoir couvrir le montant total de leur loyer. Or, fin 2016, le loyer de 42000 ménages recevant ces prestations dépassait le montant maximum. Nous en voyons les conséquences au quotidien dans nos consultations: les seniors concernés puisent sur la somme destinée à leurs besoins vitaux afin de payer leurs loyers, elles se retirent de la vie sociale, s’endettent ou entrent en maison de retraite», explique Peter Burri Follath au «Matin».

Pro Senectute demande au Conseil national d’augmenter le montant des prestations complémentaires. En outre, Pro Senectute réclame que ce montant soit à l’avenir vérifié d’office tous les deux ans par le Conseil fédéral et qu’il soit ajusté si besoin est, à l’instar de la pratique dans d’autres domaines comme l’AVS.

Créé: 28.08.2018, 19h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.