Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Tabou Pavé dans la mare: «oui, j'ai pratiqué des euthanasies»

L'euthanasie est illégale en Suisse mais pourtant souvent pratiquée, affirme Jacques-André Haury. L'ancien député entend dénoncer cette hypocrisie.

L'euthanasie? «Tous les médecins honnêtes avoueront qu’ils le font», selon Jacques-André Haury.

L'euthanasie? «Tous les médecins honnêtes avoueront qu’ils le font», selon Jacques-André Haury. Image: Florian Cella/24Heures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Médecin, ancien député vaudois, fondateur du parti vert’libéral vaudois, Jacques-André Haury a jeté un pavé dans la mare dans une chronique publiée lundi par «24 heures». Il raconte avoir par le passé délivré à des patients en fin de vie des doses de morphines qui ont accéléré leur mort. «Cela s’appelle l’euthanasie», écrit-il. Et d’ajouter: «Tous les médecins honnêtes avoueront qu’ils le font». Or si le suicide assisté est légal en Suisse, l’euthanasie est interdite. Il s’explique.

M. Haury, avez-vous pratiqué beaucoup d’euthanasies?

Beaucoup, non, mais ça m’est arrivé. Pour des personnes cancéreuses en fin de vie.

Très concrètement, de quoi parle-t-on?

De cas où l’on sait que l’antalgie, la lutte contre la souffrance, va abréger la vie. De cas où la mort est proche: quelques jours, quelques semaines. Et donc très concrètement on parle d’une dose de morphine nécessaire pour délivrer de la souffrance telle qu’elle va entraîner la mort.

Dans ces cas, la personne est-elle encore en état de délivrer un consentement?

Je le crois oui, il existe une demande explicite ou implicite du patient, qui implore de ne plus souffrir. Et il faut comprendre que c’est la fin de tout un processus d’accompagnement, avec des discussions avec le patient, avec ses proches.

Estimez-vous que l’euthanasie est banale en Suisse, pratiquée quotidiennement?

Quotidienne, probablement. Le terme banal me semble par contre inapproprié: je vous jure qu’accompagner une personne en fin de vie est tout sauf banal…

Donc vous dénoncez une hypocrisie: l’euthanasie existe mais on la cache?

Oui, il y a clairement un tabou autour de cette question et personne n’en parle.

Reste que l’euthanasie est illégale. C’est un «meurtre sur la demande de la victime», selon la loi.

Absolument: celui qui ôte la vie en «cédant à un mobile honorable, notamment à la pitié» est condamnable, précise le Code pénal. Et on ne peut que constater que cet article du Code pénal est en désaccord avec ce qui se vit dans la réalité.

Vous pourriez donc être condamné, non?

Oui, théoriquement. Même si, en ce qui me concerne, il s’agit de cas vécus il y a longtemps et probablement prescrits.

À l’origine de votre chronique, il y a une décision de l’Académie des sciences médicales. Expliquez-nous.

L’Académie des sciences médicales estime qu’un médecin pourrait autoriser un suicide assisté en cas de «souffrance insupportable». Ce qui ne me convient pas du tout c’est de faire de l’assistance au suicide un acte médical banal. Avec le médecin qui se retrouve juge: c’est lui qui décide si une personne a droit au suicide assisté. Et également instrument de la mort: c’est encore lui qui délivre l’ordonnance pour le produit létal. Voire qui tend la potion. Ce n’est pas le rôle d’un médecin.

Faut-il comprendre que vous êtes opposé au suicide assisté?

Absolument pas. C’est du point de vue du médecin que je me place. Mais l’Académie des sciences médicale vit en pleine hypocrisie. Elle devrait aujourd’hui empoigner la question de l’euthanasie et se positionner pour la rendre légale. Si elle est pratiquée dans un cadre strict et défini, évidemment.

Pensez-vous que les Suisses seraient favorables à l’euthanasie?

Oui, j’en suis persuadé. Je crois que les gens aspirent à «une mort douce» et ont extrêmement peur d’être prolongés. Pour eux comme pour leurs proches. Dans ces cas de fin de vie, de souffrances, je pense qu’ils attendent une délivrance de leur médecin.

Créé: 21.11.2018, 06h37

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.