Vendredi 18 octobre 2019 | Dernière mise à jour 04:04

Canton de Saint-Gall Le paysan meurtrier n'ira finalement pas en prison

Le fermier de Ricken qui avait écopé de 20 ans de prison en 2017 pour avoir tué sa belle-mère et blessé son père a été diagnostiqué schizophrène.

(Image prétexte) Le prévenu avait frappé sa belle-mère et son père de 84 ans avec une masse de huit kilos.

(Image prétexte) Le prévenu avait frappé sa belle-mère et son père de 84 ans avec une masse de huit kilos. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice st-galloise a jugé irresponsable de ses actes un homme condamné en 2017 à 20 ans de prison et à l'internement en premier instance. Ce paysan schizophrène avait tué sa mère et grièvement blessé son père en 2015. Il sera placé en milieu psychiatrique fermé.

Les faits remontent à janvier 2015 et se sont déroulés dans une ferme isolée de Ricken (SG). Le prévenu a d'abord tiré sur le fermier avec un revolver militaire, le blessant au bras. Il a ensuite frappé sa belle-mère et son père de 84 ans avec une masse de huit kilos. La femme n'a pas survécu, son mari a été grièvement blessé. Le père de l'assassin avait gardé de lourdes séquelles de ses blessures, mais il est finalement décédé quelques mois plus tard d'une maladie sans lien avec le drame.

Accusation opposée à la condamnation

En juin 2017, le tribunal de première instance avait créé la surprise: il avait reconnu l'accusé, aujourd'hui âgé de 49 ans, coupable d'assassinat et de tentatives d'assassinats. Estimant, sur la base d'une expertise, que le quadragénaire - un rentier à l'AI - ne pouvait pas être soigné de ses troubles de la personnalité, la Cour a prononcé une peine de 20 ans, assortie d'un internement.

Ce jugement n'a convaincu ni la défense ni l'accusation, les deux parties estimant que l'accusé n'était pas responsable de ses actes. Ils ont donc fait appel.

Pronostic favorable

Le Tribunal cantonal a exigé une nouvelle expertise. Celle-ci a révélé que le prévenu est, en réalité, schizophrène. Il est donc effectivement irresponsable de ses actes, a invoqué vendredi le président du tribunal. Selon la nouvelle expertise, médicaments et thérapies permettront d'atteindre une amélioration de la santé mentale de l'accusé à l'avenir.

Placé en milieu psychiatrique fermé, le quadragénaire n'en sortira que lorsque son état se sera suffisamment amélioré pour ne plus représenter aucun danger pour la société. En langage non juridique, cette mesure est aussi appelée «petit internement». (ats/nxp)

Créé: 07.06.2019, 20h25


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.