Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 13:54

Politique agricole Les paysans devront se serrer la ceinture

Les années 2018-2021 seront difficiles pour les agriculteurs. Berne a lancé la procédure de consultation pour le budget durant ces 4 ans. Il prévoit de grosses économies.

Les paysans avaient déjà manifesté leur colère le 22 octobre dans les rues de Berne.

Les paysans avaient déjà manifesté leur colère le 22 octobre dans les rues de Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les paysans devraient recevoir moins pour les années 2018-2021, mesures d'économie obligent. Le Conseil fédéral a mis mercredi en consultation jusqu'au 18 février 2016 le budget quadriennal de la politique agricole.

Les mesures d'économie prévues devraient réduire l'enveloppe globale de 5,4%. De 13,830 milliards en 2014-2017, le budget devrait passer à 13,041 milliards, soit 750 millions de moins (38 millions de crédits administratifs non inclus). Initialement, le Conseil fédéral avait prévu de couper 127 millions de francs. Un montant qui avait déjà suscité l'opposition de l'Union suisse des paysans.

Paiements directs amputés

Les coupes se feront surtout sentir dans les paiements directs versés aux agriculteurs. Dès l'année prochaine, ils devraient être réduits de plus de 60 millions de francs, indique le Conseil fédéral dans son rapport explicatif. En 2017, ils devraient être encore amputés d'autant, pour se stabiliser dès 2018 à 2,7 milliards par an.

Mais comme toujours plus de paysans ont besoin des paiements directs, «les moyens financiers pourraient ne pas être suffisants en 2021», écrit le Conseil fédéral. Afin d'éviter un tel scénario, il compte prendre plusieurs mesures pendant la période 2018-2021.

Certaines contributions à la biodiversité devraient être réduites dès l'année prochaine, celles pour la sécurité de l'approvisionnement devraient baisser de 3% dès 2017. Contrairement à ce qui était prévu, le plafond cantonal pour les contributions à la qualité du paysage sera maintenu. A cause d'une demande en hausse, les besoins financiers sont estimés à 150 millions par an.

Par contre, les contributions visant à soutenir de nouveaux systèmes de production devraient augmenter de 13 millions de francs, afin de laisser une marge de manoeuvre aux agriculteurs.

Pas de problème

L'enveloppe destinée aux mesures sociales et à améliorer les bases de production devrait passer de 798 millions pour 2014-2017 à 572 millions pour 2018-2021, soit une baisse annuelle moyenne de 56,5 millions.

La troisième enveloppe quadriennale, intitulée «Production et vente», devrait s'amincir de 48 millions de francs à 1,73 milliard pour les quatre ans. Annuellement, le recul devrait se chiffrer à 12 millions.

Pour le Conseil fédéral, ces coupes ne devraient pas poser de problème et être compensées par une augmentation continue de la productivité. Par contre, le nombre de bovins devrait continuer à baisser. Il prévoit une «évolution acceptable» des changements sur le plan social. (ats/nxp)

Créé: 04.11.2015, 12h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.