Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 16:56

Jura La pêche s'ouvre dans la neige

Les pêcheurs jurassiens sont 450 à s’être procuré un permis annuel. Mais l’ouverture de la saison s’annonce frisquette ce samedi.

La truite sauvage constitue le principal poisson recherché par les pêcheurs.

La truite sauvage constitue le principal poisson recherché par les pêcheurs. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le retour des pêcheurs au bord des rivières jurassiennes, c’est pour aujourd'hui. Mais sur le Doubs côté français, la pêche s’est ouverte hier, de Biaufond à Clairbief. Une trentaine de mordus ont bravé les frimas, dans la neige et le verglas: les fils gelaient dans les moulinets...

L’ouverture de la pêche s’effectue dans un esprit de fraternité plus que de compétition. Côté jurassien, ils sont déjà plus de 450 à s’être procuré le permis de pêche annuel. «Si la truite reste le poisson le plus pêché, le brochet, désormais accessible toute l’année, attire de plus en plus d’adeptes», communiquent l’Office jurassien de l’environnement.

C’est depuis des berges recouvertes de neige que les pêcheurs vont tenter de sortir quelques truites des eaux froides, ce samedi. La saison de pêche à la truite se terminera le dernier jour de septembre, tandis que la pêche du brochet et de la perche pourra se poursuivre d’octobre à février sur des tronçons spécifiques du Doubs.

Le canton du Jura compte plus de 80 kilomètres de cours d’eau ouverts à la pêche. Il s’agit du Doubs jurassien (27 km), l’Allaine (18 km), la Sorne (18 km), la Birse (14 km) et la Scheulte (3 km). Jusqu’à 20 espèces de poissons différentes sont présentes dans ces eaux.

La truite sauvage constitue le principal poisson recherché par les pêcheurs. Des dizaines de milliers de truites au stade larvaire et issues de géniteurs sauvages sont ainsi remises à l’eau chaque année dans certains affluents. «Ce travail permet de compenser en partie les mauvaises années de reproduction naturelle et la diminution générale du poisson», relève l’inspecteur de la faune Amaury Boillat.

Suite au constat de disparition de la faune piscicole en aval de Roches (BE) en 2014, le soutien au processus naturel de recolonisation de la Birse se poursuivra. Ce sont plus de 25 000 alevins et jeunes truitelles produits à la pisciculture de Moutier qui seront remis à l’eau au printemps.

Créé: 03.03.2018, 15h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.