Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:12

Santé Pétition des pharmaciens pour renforcer les soins

Le Conseil fédéral prévoit des mesures d'austérité qui touchent les patients plus vulnérables, s'inquiète PharmaSuisse. Qui a lancé une pétition en faveur des soins primaires.

PharmaSuisse craint que les mesures d'économies sur lesquelles le Conseil fédéral a ouvert la discussion n'impactent ceux qui procurent les soins primaires.

PharmaSuisse craint que les mesures d'économies sur lesquelles le Conseil fédéral a ouvert la discussion n'impactent ceux qui procurent les soins primaires. Image: archives/illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Société suisse des pharmaciens a lancé lundi une pétition contre les mesures d'austérité prévue dans la santé. Ces coupes touchent les patients plus vulnérables: les personnes atteintes de maladies chroniques et de maladies graves, prévient PharmaSuisse.

Au lieu de renforcer les soins de premiers recours personnels, dispensés par les pharmaciens, les médecins de famille et les soignants, le Conseil fédéral prévoit «une multitude de mesures d'austérité non coordonnées», regrette PharmaSuisse dans un communiqué. L'organisation faîtière des pharmaciens a donc lancé une pétition pour appeler au renforcement de ces soins primaires.

Préoccupée

Les pharmacies ne représentent que 4,2% des primes de l'assurance maladie et une série de mesures a déjà permis des économies de plusieurs centaines de millions de francs, rappelle PharmaSuisse. Elle craint que les mesures d'économies sur lesquelles le Conseil fédéral a ouvert la discussion en septembre n'impactent directement ceux qui procurent les soins primaires.

PharmaSuisse est particulièrement préoccupée par la réduction de la part relative à la distribution, c'est-à-dire du montant que les pharmacies, les médecins et les hôpitaux reçoivent pour leurs prestations logistiques. Le Conseil fédéral entend ainsi économiser environ 50 millions de francs par an.

Prix de référence pour les médicaments

Les pharmaciens critiquent également l'introduction prévue d'un système de prix de référence pour les médicaments génériques. Le Conseil fédéral veut introduire un système de référence pour les médicaments dont le brevet a expiré afin de réduire les dépenses maladie. L'assurance obligatoire ne rembourserait que ce prix et pas au-delà. Cela pourrait permettre de réaliser jusqu'à 480 millions d'économie.

Pour PharmaSuisse, ces coupes pourraient menacer les officines déjà sous pression. Environ 20% des pharmacies connaissent des difficultés financières en raison de revenus faibles et selon une étude mandatée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), les mesures d'économies se traduiront par la fermeture de pharmacies. Une situation qui risque «d'accélérer la concentration des soins médicaux dans les seuls endroits très fréquentés», prévient PharmaSuisse.

Les pharmaciens participent déjà aux économies, notamment avec les baisses du prix du médicament décidées chaque année, mais également «en proposant des solutions appropriées aux clients». Ils offrent un large éventail de prestations de soins primaires qui bénéficie à la population et aux autres prestataires, souligne PharmaSuisse.

Avec la pétition «Bien soigné, demain aussi», les pharmaciens veulent «rappeler au Conseil fédéral ses obligations constitutionnelles d'assurer des soins médicaux primaires accessibles et de haute qualité». Ils récolteront des signatures durant deux mois. (ats/nxp)

Créé: 08.04.2019, 14h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.