Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:24

Moeurs Peut-on marcher tout nu en Suisse?

Se balader dans le plus simple appareil, c’est autorisé à Bâle et à Genève. Mais sans autorisation, l’artiste Milo Moiré devrait se rhabiller à Lausanne.

Marcher tout nu dans la rue, ça vous tente?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Exhiber sa nudité dans l’espace public, c’est la marque de fabrique de Milo Moiré. Une démarche que l’artiste suisse a appliquée sous une nouvelle forme mercredi en marge de la foire Art Basel: elle s’est déshabillée pour se prendre en photo avec des passants. «C’est une très belle femme», constatait un fonctionnaire. Soit, mais sa plastique irréprochable lui donne-t-elle le droit de se dévêtir? «Etre nu, ce n’est pas interdit», indique Martin Schütz, porte-parole de la police municipale bâloise.

Mais qu’en est-il ailleurs? En Suisse, ce sont les règlements communaux qui s’imposent. «Si quelqu’un se promène dans une tenue plus que légère, nous irons lui demander de la discrétion», indique Jean-Philippe Brandt, porte-parole la police genevoise. Demander, mais pas exiger, faute de base légale. Des photos toute nue, Milo Moiré prévoit d’en réaliser à Berlin, puis à Londres. En demandant la permission? «Non, ce sont des actions de guérilla», répond son conjoint Peter Palm. Selon lui, la nudité est autorisée en public en Suisse et en Allemagne, mais pas en France.

Son affirmation manque toutefois de nuance: si la nudité est autorisée à Bâle et à Genève, elle peut poser problème à Lausanne: «Le règlement général de police permet de poursuivre les tenues et comportements indécents», résume Sébastien Jost, porte-parole de la police municipale de Lausanne. L’article 55 stipule que «tout habillement contraire à la décence ou à la morale publique est interdit».

Nudité et exhibitionnisme

Le point commun entre Lausanne la prude et Genève la libertaire, c’est que la nudité s’arrête là où commence l’exhibitionnisme: «Importuner sexuellement, c’est punissable», précise René Gsell, porte-parole du Ministère public bâlois. Genève est permissif, mais passer nu trois fois devant une école, «c’est un geste équivoque» qui peut être poursuivi, selon Jean-Philippe Brandt.

Homme ou femme, jeune ou vieux, la loi ne fait pas de différence. Ce qui parle en faveur de Milo Moiré, c’est sa beauté, comparée à une statue romaine par un fonctionnaire bâlois. Si la nature et la chirurgie ne l’avaient pas avantagée, il en irait peut-être autrement, la laideur pouvant être considérée comme choquante par la justice.

Créé: 20.06.2015, 09h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.