Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 08:41

Carnet noir Décès du photographe genevois Jean Mohr

Le photographe qui s'est illustré par sa sensibilité aux réfugiés et déplacés est décédé des suites d'un cancer samedi.

La dernière exposition de jean Mohr avait eu lieu jusqu'en juillet dernier à la Maison Tavel à Genève.

La dernière exposition de jean Mohr avait eu lieu jusqu'en juillet dernier à la Maison Tavel à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le photographe genevois Jean Mohr s'est éteint à l'âge de 93 ans. Celui qui était très sensible à la question des réfugiés et des déplacés est décédé des suites d'un cancer samedi matin.

Jean Mohr s'en est allé en présence de l'un de ses fils et de son petit-fils, alors qu'il avait été admis dans un hôpital genevois, a indiqué dimanche soir à Keystone-ATS son épouse Simone, confirmant une information du quotidien Le Temps. Il avait subi une intervention il y a quelques années pour son cancer, mais celle-ci n'avait pas suffi à le soigner.

Sa dernière exposition avait eu lieu jusqu'en juillet dernier à la Maison Tavel à Genève. Jean Mohr avait une photographie «vive» et «rapide», confie son épouse. Il était «modeste» et «curieux» et très attaché à la question des réfugiés après avoir notamment oeuvré aux côtés de Palestiniens il y a plusieurs décennies, ajoute-t-elle.

«Ce que son oeil écoute»

Un sentiment qui venait peut-être de ses origines allemandes qui lui avaient valu des brimades de ses camarades et avaient incité ses parents à le déplacer dans un autre établissement scolaire. Jean Mohr et son épouse s'étaient rencontrés en travaillant pendant les fêtes dans la même librairie.

Parmi ses oeuvres, une exposition avait notamment fait le tour de 53 pays. Jean Mohr disait que ses clichés «sont le moyen de raconter ce que son oeil écoute». Ses photographies, prises dans de nombreux pays à travers le monde, sont souvent qualifiées d'humanistes. Mais le photographe se laissait aussi séduire par des recherches formelles, qui donnent lieu à des abstractions.

Jean Mohr avait travaillé pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui avait utilisé ses photos sur les victimes de guerre en 2013 pour ses 150 ans. Il a notamment poursuivi plus tard sa collaboration avec l'organisation mais aussi avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) ou des ONG. (ats/nxp)

Créé: 04.11.2018, 22h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.