Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:25

Hommage Pierre Keller: «J’aurais dû être plus désagréable»

L’ancien patron de l’ECAL, décédé dimanche, était aussi célèbre pour son verbe fleuri. Exemples en dix citations.

Pierre Keller avait un don pour les formules qui faisaient mouche.

Pierre Keller avait un don pour les formules qui faisaient mouche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est donc le cancer qui a eu le dernier mot, emportant dimanche Pierre Keller, 74 ans. Mais des mots, l’ancien patron de l’École cantonale d'art de Lausanne (ECAL) ou de l’Office des vins vaudois aura eu le temps d’en distiller beaucoup. Célèbre pour ses coups de gueule, Pierre Keller pouvait se montrer truculent, cru, imagé, grossier, vachard, drôle, provocateur, fleuri. Et souvent avec talent. Nous avons sélectionné dix de ses saillies.

«Un vigneron abstinent ne fera jamais du bon vin.» Dans le «Matin Dimanche», octobre 2008

«Le rôle que j’ai eu durant toute ma carrière à l’État de Vaud c’est celui de putzfrau. J’ai dû mettre de l’ordre partout, j’ai dû nettoyer partout et quand je suis arrivé aux vins vaudois, il y avait beaucoup de poussière.» Interview à Swiss Wine Directory, mai 2018.

«Je passe quarante week-ends par année à l’étranger, à cause de cette mondialisation à deux balles qui n’épargne pas non plus le milieu de l’art.» Dans «24 heures», juillet 2008.

«Oui, oui, oui, j’aurais pu avoir plus de succès, j’aurais dû être plus désagréable, j’aurais voulu être plus emmerdeur.» Dans «Bilan», octobre 2011

«Cette demoiselle insupportable mérite une paire de claques.» Sur les ondes de la RTS, décembre 2008. À propos d’Isabelle Chevalley…

«Un ami m’a dit: Tu verras, quand tu seras à la retraite, tu vendras tes cochonneries dans le monde entier!» Alors que ses photos de culs de chevaux étaient exposées à Paris, en septembre 2009, dans «24 heures»

À propos d’une «performance» d’un étudiant de l’ECAL qui avait roulé nu à vélo à Lausanne: «J’espère au moins qu’il a mis une selle!» En juin 2009, dans «24 heures».

À propos d’une affiche du Montreux Jazz montrant un homme nu: «J’ai pensé que j’aurais affaire à un dieu vivant et je me réjouissais de le rencontrer. Finalement c’était un nain.» RTS, juin 2016.

«Arrêtons de vouloir faire le triomphe de l’administration et de la fadeur. A Berne, on aime la sauce béchamel qui n’a pas de goût. Mais cela ne fait pas le succès d’une école.» Octobre 2009, dans «24 heures».

«Où je trouve l’énergie de tout enchaîner? Je force un peu et je tire sur la corde. Je pense que le blanc vaudois n’y est pas pour rien. C’est aussi extrêmement dopant de jouer les emmerdeurs.» Dans le «Matin Dimanche», octobre 2008

Créé: 08.07.2019, 16h57

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.