Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:35

Genève Pierre Maudet lâche du lest sur les taxis

Le conseiller d'Etat est ouvert à une modification de la loi permettant aux taxis de circuler sur les voies de bus.

Le numerus clausus va être ramené à 1100 véhicules.

Le numerus clausus va être ramené à 1100 véhicules. Image: Archives/Keystone

Infobox

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, les taxis ne sont plus autorisés depuis peu à emprunter les voies de bus en circulant à vide, au grand dam de la profession. La situation pourrait cependant changer. Le conseiller d'Etat Pierre Maudet est en effet ouvert à une modification de la loi sur ce point.

«Je soutiens le principe», a déclaré mardi devant les médias le magistrat, qui, en tant que responsable du département de la sécurité et de l'économie (DSE), a la charge de s'occuper du délicat dossier des taxis. Deux projets réclamant la levée de l'interdiction sont actuellement étudiés par le Grand Conseil.

La restriction de circulation est notamment liée à la peur d'embouteillages sur les voies de bus. Avec un nombre de taxis autorisés revu à la baisse, cette crainte devrait toutefois s'avérer infondée. Le numerus clausus va être ramené à 1100 véhicules au lieu des 1300 initialement prévus dans le règlement, a noté M.Maudet.

Concertation

La question de l'utilisation des voies de bus par les taxis circulant à vide fait partie des améliorations potentielles identifiées par les autorités cantonales six mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les taxis et véhicules de transport avec chauffeur (LTVTC).

Ce bilan a été fait en concertation avec les milieux professionnels. Les discussions ont permis, notamment, de trouver un accord sur un nouveau logo qui sera prochainement posé sur les portières de tous les taxis. Cette initiative donnera à la profession «une image moderne et unifiée», selon le DSE.

Les six premiers mois de la LTVTC ont été considérés par les autorités comme une période de transition. Les cartes ont été rebattues. Des chauffeurs ont arrêté, d'autres ont acheté plusieurs plaques pour monter leur petite entreprise, enfin, des personnes ont passé les examens pour pouvoir conduire un taxi.

L'ordre a aussi été fait dans le domaine des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), devenus populaires avec l'arrivée de l'entreprise Uber sur le marché. Actuellement, Genève compte 516 chauffeurs VTC auxquels s'ajoutent 399 personnes ayant réussi les examens au mois de décembre.

Contrôles renforcés

La nouvelle LTVTC permet aussi d'accroître les contrôles. La police, qui dispose de onze postes pour ce travail, a promis une surveillance sur tout le canton et à l'aéroport. Elle mettra plus particulièrement l'accent sur les chauffeurs qui exercent de manière irrégulière.

Le canton de Genève veut notamment des VTC immatriculés à Genève avec des chauffeurs ayant réussi les examens genevois et disposant d'un certificat d'honorabilité, a fait savoir Raoul Schrumpf, directeur du service de police du commerce et de lutte contre le travail au noir (PCTN). (ats/nxp)

Créé: 16.01.2018, 15h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.