Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 10:35

Genève Pierre Maudet à nouveau entendu par la justice

Le conseiller d'Etat genevois a été auditionné par le Ministère public sur des sommes d'argent versées par le groupe Manotel.

Les sommes reçues sont susceptibles de constituer l'acceptation d'un avantage pour Pierre Maudet.

Les sommes reçues sont susceptibles de constituer l'acceptation d'un avantage pour Pierre Maudet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prévenu d'acceptation d'un avantage, le conseiller d'Etat Pierre Maudet a été entendu vendredi par le Ministère public genevois au sujet des soutiens financiers reçus de la part du groupe hôtelier Manotel. Il a répondu à toutes les questions de manière complète, selon son avocat.

L'audition a duré jusque dans l'après-midi, a indiqué vendredi soir à Keystone-ATS Grégoire Mangeat, un des avocats du conseiller d'Etat. Pierre Maudet avait déjà été entendu en septembre et en octobre dernier notamment au sujet de son voyage à Abu Dhabi. Après avoir été gelée pendant plusieurs mois en raison de la demande de récusation des procureurs qui a finalement été rejetée, l'enquête sur l'affaire Maudet a repris à Genève. L'audition du conseiller d'Etat s'inscrit dans cette procédure. Selon les investigations du Ministère public, le groupe hôtelier Manotel aurait viré à deux associations de soutien à Pierre Maudet un total de 105'000 francs. Cet élément notamment est susceptible de constituer l'acceptation d'un avantage.

Soirée de campagne

Interrogé sur ces 105'000 francs, Pierre Maudet a précisé devant les procureurs avoir reçu du groupe Manotel 30'000 francs pour sa campagne à l'élection complémentaire au Conseil d'Etat de 2012, puis 25'000 francs pour sa campagne à l'élection de 2013, ont indiqué Mes Fanny Margairaz et Grégoire Mangeat. Il a aussi remboursé 25'000 francs, ont ajouté les avocats.

Enfin, 25'000 francs ont été versés au Cercle Fazy-Favon qui soutenait différents candidats du PLR. «Les 105'000 francs évoqués par le Ministère public ne correspondent pas à la réalité. Seuls 65?000 environ sont plus directement liés au candidat Maudet, et encore faut-il être précis et répartir ce montant sur six ans et trois campagnes politiques très distinctes», ont encore souligné les avocats du conseiller d?Etat.

Le Ministère public s'est aussi intéressé au soutien financier du groupe hôtelier pour une soirée organisée par l'élu PLR. Pierre Maudet a répété devant le Ministère public que cette soirée financée à hauteur de 10'000 francs par Manotel était un événement pour lancer sa campagne. Parmi les invités se trouvaient de nombreux élus et candidats aux élections, ainsi que des grands élus de la République, dont le procureur général.

D'autres auditions

Pierre Maudet n'est pas le seul à devoir être entendu par la justice. Le président du groupe Manotel doit être auditionné en tant que témoin le 27 septembre. Le conseiller d'Etat PDC Serge Dal Busco est convoqué le même jour en tant que personne amenée à donner des renseignements. Un don de 10'000 francs sur son compte privé restitué quelques mois plus tard soulève des interrogations.

M. Dal Busco souhaitait être entendu avant cette date pour s'expliquer publiquement au plus vite sur ce montant. Mais le Ministère public lui a répondu qu'il n'avancerait pas la date, a indiqué le conseiller d'Etat vendredi à la Tribune de Genève. (ats/nxp)

Créé: 06.09.2019, 20h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.