Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 09:02

Suisse Le piéton doit aussi faire attention

Un automobiliste condamné pour avoir percuté un homme en dehors d'un passage sécurisé a été blanchi par le Tribunal fédéral.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral a admis le recours d'un automobiliste condamné après avoir renversé un piéton. Ce dernier traversait la route à plusieurs mètres d'un passage de sécurité en écoutant de la musique avec des écouteurs.

Le conducteur avait écopé d'une amende de 200 francs pour perte de maîtrise suite à une inattention. La justice lucernoise avait retenu que le piéton s'était élancé sur la rue, dos au sens de circulation, à 6 mètres 50 d'un passage de sécurité.

Les juges avaient aussi relevé que la victime n'avait regardé ni à gauche, ni à droite avant de traverser. En outre, la visibilité était mauvaise et la collision s'était produite à une vitesse de 35 à 40 km/h. Aucun indice ne permettait à l'automobiliste de prévoir que le piéton allait soudain traverser et il n'avait rien pu faire.

Pourtant, le Tribunal cantonal avait conclu à la charge de l'automobiliste qu'il aurait pu apercevoir le piéton une seconde plus tôt et commencer déjà à freiner.

Pas d'obligation particulière de prudence

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral relève que la seule présence d'un adulte sur le trottoir ne nécessite pas de freiner. Même si le recourant avait vu la victime plus tôt, rien dans le comportement de cette dernière ne laissait supposer qu'elle allait se lancer sur la chaussée avant d'arriver au passage piéton.

Les juges fédéraux estiment donc que le fait que l'automobiliste n'ait pas vu le piéton plus vite n'est pas la cause de l'accident. Celui-ci est dû au comportement imprévisible et surprenant de la victime. La cause est donc renvoyée à l'instance cantonale pour nouvelle décision.

Le Tribunal fédéral rappelle à cet égard que celui qui respecte les règles de la circulation doit pouvoir se fonder sur le principe de la confiance. Celui qui, en revanche, ne suit pas ces règles et crée une situation ambiguë ou dangereuse ne peut pas compter sur la vigilance accrue des autres usagers. (arrêt 6B_1294/2017) (ats/nxp)

Créé: 28.09.2018, 12h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.