Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 17:35

Crash d'Alpnach Le pilote du F/A-18 a-t-il débranché son alerte montagne?

Le F/A-18 n'a visiblement pas pu éviter la paroi où il s'est écrasé tout près d'Alpnachstad (OW). Pour ne pas être dérangé par les sonneries, les pilotes déconnectent souvent leurs systèmes d'alerte dans les montagnes ou les vallées étroites.

Stefan J., le pilote du F/A-18 (Image: Blick.ch)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le crash d'Alpnach, où un F/A-18 biplace a percuté mercredi 23 octobre la paroi, pourrait bien être dû à une désorientation du pilote, estime le Tages Anzeiger. Un phénomène qui avait déjà provoqué un accident en 1998 avec ce même genre d'appareil à Crans-Montana.

L'aviation civile n'est pas épargnée non plus. En novembre 2001, ce même genre de désorientation provoquait la catastrophe de Bassersdorf (ZH) où un Jumbolino de la compagnie Crossair s'écrasait au sol à quelques kilomètres de l'aéroport de Kloten.

Système souvent désactivé

L'électronique de bord permet pourtant d'éviter ce genre d'accident via un «Enhanced Ground Proximity Warning Systems» qui avertit les pilotes de la proximité du sol ou d'un obstacle sur leur route.

Les F/A-18 des forces aériennes suisses en sont bien entendu équipés et certains pilotes expliquent que le système peut être calibré manuellement pour une certaine altitude en terrain plat. Mais en montagne et dans des vallées étroites, c'est une autre histoire: ce système est souvent désactivé, sans quoi il sonnerait sans cesse dans le cockpit.

Un instructeur très expérimenté

Impossible de dire pour le moment si l'équipage a débranché son système, d'autant que les boîtes noires n'ont toujours pas été retrouvées. Le pilote était pourtant très expérimenté, comme le rappelle le Blick.

Le capitaine Stefan «Stiwi» J., âgé de 38 ans, était également instructeur. Détenteur d'un passeport canadien, il est né à Vancouver où il a passé huit ans avant de revenir en Suisse avec sa famille. Après un apprentissage dans une banque, il opte pour la carrière de pilote militaire qui l'emmènera passer une année de formation à San Diego.

«Stefan avait également son brevet de pilote civil», a indiqué un proche au journal de boulevard. «Il a volé quelques années pour Swiss» avant de revenir au sein des forces armées. Stefan J. était marié et père d'un enfant de 18 mois.

Créé: 24.10.2013, 10h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.