Lundi 23 juillet 2018 | Dernière mise à jour 00:00

Lausanne Plan de quartier: Manor obtient gain de cause

Le TF rejette un recours contre le plan de quartier St-Laurent à Lausanne. Manor pourra ainsi rénover son magasin au centre de la capitale vaudoise.

Tribunal fédéral.

Tribunal fédéral. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le groupe Manor obtient gain de cause. A sa demande en 2010, l'administration lausannoise a lancé une procédure de plan de quartier pour le périmètre St-Laurent, Louve, Grand-St-Jean, Pichard et Haldimand. Et ce mardi, le Tribunal fédéral a rejetté un recours contre ce plan de quartier à Lausanne. Cette décision va permettre au groupe Manor de poursuivre son projet de rénovation de son grand magasin au centre de la capitale vaudoise.

Mis à l'enquête en 2014, ce plan de quartier permet de démolir et de reconstruire certains bâtiments. D'autres sont au contraire préservés dans cette zone faisant partie de la ville basse selon l'Inventaire fédéral des sites construits d'importance nationale à protéger en Suisse (ISOS).

Opposition d'un hôtel

L'exploitant d'un hôtel garni situé dans le périmètre a fait opposition au plan de quartier. Il avançait que les volumes de certains bâtiments à reconstruire n'étaient pas conformes au plan général d'affectation et que certaines de ses chambres seraient privées de la vue dont elles bénéficient sur la Cathédrale de Lausanne.

Après avoir été débouté par le Tribunal cantonal, le tenancier a recouru devant le Tribunal fédéral. Dans un jugement publié mardi, celui-ci reconnaît, comme les juges cantonaux, que le plan a été établi à la demande de Manor afin de renforcer son offre. Pour autant, le projet n'est pas dénué d'intérêt public: il répond à la volonté des autorités cantonales et communales de renforcer l'attractivité du centre-ville.

L'intérêt public prévaut

La haute cour relève aussi que le plan initial a été modifié afin de mieux respecter le tissu historique de ce secteur de la ville. En particulier, en apportant des ruptures de volumes au niveau des toitures.

Le Tribunal fédéral constate aussi que seules quelques chambres de l'hôtel perdraient la vue sur la Cathédrale. Et que cet attrait - la majorité des chambres n'en disposent d'ailleurs pas - n'était pas le seul atout de cet établissement situé au coeur de la ville.

Dans ces conditions, les juges de Mon Repos ont estimé que les intérêts privés de la recourante devaient céder le pas sur l'intérêt public poursuivi par le plan de quartier. (arrêt 1C_279/2017 du 27 mars 2018) (ats/nxp)

Créé: 17.04.2018, 12h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.