Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Zurich Policiers acquittés: le plaignant fait recours

L'homme qui accusait trois policiers de coups et blessures a décidé de poursuivre son combat, alors que les agents ont été blanchis.

Selon les policiers, le plaignant n'a pas évoqué ses problèmes de santé. (Photo d'illustration)

Selon les policiers, le plaignant n'a pas évoqué ses problèmes de santé. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les trois agents de la police municipale de Zurich acquittés après avoir été accusés d'abus d'autorité et de mise en danger de la vie d'autrui ne sont pas encore tirés d'affaire. L'avocat du plaignant a fait recours contre le jugement.

Il est même prêt à porter ce combat pour la vérité et la justice jusque devant la Cour européenne des droits de l'homme, a-t-il annoncé jeudi. Lui et son client ne font qu'exiger une procédure loyale et conforme au droit - «ni plus ni moins». La Cour suprême zurichoise devra donc se prononcer sur ce cas de profilage racial présumé qui avait fait grand bruit.

Doute sur la version du plaignant

Le 18 avril, le Tribunal de district de Zurich, dans son jugement, a suivi l'avis de la défense et de la procureure. Cette dernière mettait en doute la version du plaignant.

Le plaignant accusait deux policiers et une policière de l'avoir roué de coups et blessé en octobre 2009 lors d'un contrôle d'identité à Zurich. D'après lui, les agents l'ont aussi étranglé et ont fait usage d'un spray au poivre pour le maîtriser. Résultat: une vertèbre lombaire fracturée, des contusions au visage et au cou, une élongation musculaire et une blessure sérieuse au genou.

Selon le Kényan, les agents l'ont traité ainsi alors même qu'il les avait rendus attentifs au fait qu'il avait subi une opération cardiaque et qu'il était équipé d'un pacemaker. L'Africain accusait du même coup les trois agents de racisme. Durant le procès, son avocat a dénoncé une «orgie de violences», une «chasse aux concitoyens noirs» et une «suspicion généralisée».

Agressivité du plaignant

Selon les policiers, le plaignant n'a pas évoqué ses problèmes de santé. Ils estiment lui avoir demandé de leur présenter ses papiers d'identité. A la suite de son refus, ils l'ont sommé de descendre du tram. Le plaignant les aurait alors agressés avec une violence extrême, ce qui les aurait contraints à se défendre.

Des coups ont alors été échangés entre le plaignant et deux des policiers. Tous trois ont été blessés, contrairement à la collègue des deux agents. (ats/nxp)

Créé: 26.04.2018, 20h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.