Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 22:37

Education A quand le porno dans les écoles en Suisse?

Diffuser un film X dans le cadre de l'éducation sexuelle, pour que les jeunes apprennent à faire la différence entre réalité et fiction: l'idée fait son chemin. Mais gare aux sensibilités, religieuses notamment.

Selon les opposants au visionnage de films porno dans les écoles, il y a déjà assez de porno dans l'entourage des ados pour ne pas en rajouter.

Selon les opposants au visionnage de films porno dans les écoles, il y a déjà assez de porno dans l'entourage des ados pour ne pas en rajouter. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'idée vient du Danemark. Christian Graugaard, professeur de sexologie de l'université Aalborg, propose que les écoles publiques diffusent des films pornographiques, de préférence les plus durs, sous la supervision d'enseignants formés. Afin que les élèves fassent la différence entre la fiction et la réalité.

Les Jeunes Socialistes trouvent le projet pertinent. «Déjà à l'école primaire, les enfants regardent ces films lors des pauses sous les préaux», explique leur président Fabian Molina à 20 Minuten.

Lutter contre les stéréotypes

Il s'agit dès lors d'empêcher que les plus jeunes se fassent une fausse idée de la sexualité. Les Jeunes Socialistes proposent donc que les adolescents regardent ce genre de films dans le cadre de l'éducation sexuelle, en compagnie de pédagogues. Avec l'objectif de faire perdre son attrait à la pornographie.

La conseillère nationale Maja Graf (BL/PES) soutient le projet. «Beaucoup d'enfants ne peuvent pas parler à la maison de ce genre de films.» Et il arrive qu'ils en tirent une image déformée de l'autre sexe. «Les femmes ne sont représentées que comme des objets avec lesquels on peut tout faire.»

Ne pas heurter les sensibilités

L'idée ne séduit en revanche pas du tout le conseiller national Matthias Aebischer (PS/BE), président de la Commission de la science, de l'éducation et de la culture. «Il est important de thématiser le sujet de la pornographie à l'école mais de là à la montrer, cela va trop loin.»

Il redoute les réactions des enfants qui n'ont encore jamais été confrontés à ce genre de films. En outre, «pas toutes les communautés sont ouvertes sur le plan de la sexualité. Des milieux religieux pourraient s'en trouver choqués.» Il craint que ces communautés ne considèrent le visionnage de tels films comme un affront.

Le conseiller national Hans Fehr (ZH/UDC) estime qu'il ne faut pas exposer les «tréfonds de l'humanité» dans des écoles. Il juge également exagéré ce genre de projet, qui ne concerne tout au plus que 10% des élèves.

Et ailleurs?

La proposition du professeur danois n'est pas passée inaperçue en France non plus, comme le souligne le site Rue89. Une psychologue estime qu'on peut éduquer les enfants à décrypter ce qu'ils voient sur internet «sans forcément leur montrer du porno».

Le phénomène est déjà bien présent à l'école, comme le confirment enseignants et éducateurs. «Les ados ont assez l’occasion d’en voir chez eux ou dans leur entourage, pas besoin d’en rajouter», souligne une intervenante en éducation sexuelle. (nxp)

Créé: 19.03.2015, 10h12

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.