Lundi 24 février 2020 | Dernière mise à jour 13:36

Asile La Suisse veut intégrer les réfugiés par le travail

Simonetta Sommaruga veut également motiver les employeurs à engager des réfugiés en simplifiant les procédures d'autorisation.

Simonetta Sommaruga a dévoilé les projets du Conseil fédéral lors d'un colloque sur l'asile à Berne.

Simonetta Sommaruga a dévoilé les projets du Conseil fédéral lors d'un colloque sur l'asile à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La ministre de la justice Simonetta Sommaruga veut mieux intégrer les réfugiés au marché du travail suisse. La taxe spéciale de 10% prélevée sur leur salaire va disparaître. Et les employeurs ne seront plus tenus de passer par une procédure d'autorisation fastidieuse.

Le Conseil fédéral va soumettre prochainement au Parlement des propositions allant dans ce sens, a rappelé jeudi Mme Sommaruga lors d'un colloque sur l'asile à Berne, selon la version écrite de son discours. Il s'agit de petits pas, mais qui sont importants. Le but est de faire tomber les obstacles qui restreignent l'accès au marché du travail.

Actuellement, les réfugiés ayant obtenu le droit de résider en Suisse et de travailler (admissions provisoires et permis N) doivent durant 10 ans verser une taxe spéciale de 10% de leur salaire à la Confédération, et ce jusqu'à concurrence de 15'000 francs. Cette retenue doit couvrir les frais induits par la procédure de demande d'asile.

La Confédération va donc s'en passer. Avec pour but affiché d'inciter les réfugiés à travailler. Ces mesures avaient été annoncées en décembre par le Conseil fédéral lors de la présentation de son projet de clause de sauvegarde pour mettre en oeuvre l'initiative de l'UDC sur l'immigration de masse. Le dossier devrait passer aux mains du Parlement en mars.

Les employeurs aussi

Simonetta Sommaruga veut également motiver les employeurs à engager des réfugiés. Aujourd'hui, dans de nombreux cantons, les patrons doivent passer par une procédure d'autorisation complexe. «Pourquoi le feraient-ils, alors qu'ils peuvent engager sans autre une personne venue d'Allemagne ou du Portugal?»

Le gouvernement veut remplacer l'obligation de demander une autorisation de travail et la remplacer par une simple obligation de communiquer. Il devrait également faire ces prochains mois des propositions concernant le statut d'admission provisoire qui dissuade parfois les employeurs.

L'intégration est une tâche essentielle, a encore plaidé la ministre de la justice. «Si nous échouons à intégrer, nous payerons tous un lourd tribut. Si nous réussissons, cela servira tout le monde.» La responsabilité première incombe aux réfugiés eux-mêmes, a-t-elle souligné. Mais ils ont besoin d'un coup de pouce. Les employeurs doivent aussi jouer le jeu en offrant des stages et des emplois. (ats/nxp)

Créé: 22.01.2016, 08h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.