Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 22:28

Neuchâtel Le président des jeunes UDC a un tatouage nazi

Stève Cao porte, tatouée sur l'avant-bras gauche, la devise de la Schutzstaffel (SS), l'une des principales organisations du régime nazi. Le président de l'UDC Suisse a exigé sa démission.

Stève Cao sur son compte Facebook.

Stève Cao sur son compte Facebook. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président des Jeunes UDC de Neuchâtel, Stève Cao, qui porte, tatouée sur l'avant-bras gauche, la devise de la Schutzstaffel (SS), l'une des principales organisations du régime nazi, a quitté ses fonctions et a démissionné du parti, rapportent l'«Ostschweiz am Sonntag» et la «Zentralschweiz am Sonntag».

En préparant son article, le journaliste a montré des photos du tatouage, la devise de la SS en quatre mots, au président de l'UDC suisse. M. Rösti a aussitôt réagi en exigeant de l'UDC neuchâteloise, compétente en la matière, que M. Cao quitte le parti. Lui-même n'a pas eu de contact avec le jeune politicien.

Ce dernier a pris ses responsabilités en se démettant de tous ses mandats politiques, a dit à l'ats Albert Rösti, confirmant les informations de la presse dominicale. Stève Cao, 30 ans, présidait notamment les Jeunes UDC neuchâtelois depuis un peu plus d'un an et siégeait au Conseil général de La Chaux-de-Fonds.

Samedi, les Jeunes UDC neuchâtelois ont indiqué dans un communiqué que leur président démissionnait avec effet immédiat pour des raisons personnelles. «L'idéologie d'extrême droite n'a absolument aucune place dans notre parti, c'est intolérable», a déclaré M. Rösti, choqué.

«Un péché de jeunesse»

Ce dernier n'a guère été convaincu par les déclarations du jeune politicien chaux-de-fonnier à la presse dominicale alémanique. Celui-ci a affirmé regretter son tatouage, un péché de jeunesse qu'il avait l'intention d'enlever depuis longtemps, mais ça coûte cher. Il aurait renoncé à cette idéologie.

Depuis sa démission, Stève Cao a également effacé son compte Facebook, sur lequel il avait diffusé la photo de son tatouage nazi. Mais, selon les deux hebdomadaires du dimanche, il a été vu cette année aux festivités du 1er Août au Grütli en compagnie de néo-nazis.

A l'image de son homologue du parti suisse, le président de l'UDC neuchâteloise est tombé des nues quand Albert Rösti lui a faire part du cas Cao. Stephan Moser n'avait aucune connaissance de son passé, a-t-il dit au 12h30 de la RTS. Mais nous allons apprendre de cette erreur. Et M. Moser d'envisager «à l'avenir une charte pour éviter ce genre de choses qui pourraient nous échapper». (ats/nxp)

Créé: 17.12.2017, 16h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.