Mercredi 16 août 2017 | Dernière mise à jour 21:00

Incarcération Les prisons suisses sont pleines à craquer

Les prisons et établissements pénitentiaires suisses détenaient 7072 adultes lors d'un recensement début septembre 2013, pour une capacité officielle de 7048 places.

A la prison de La Croisée, à Orbe.

A la prison de La Croisée, à Orbe. Image: Keystone

Faut-il construire de nouvelles prisons?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les prisons et établissements pénitenciers suisses détenaient 7072 adultes en septembre 2013, alors que leur capacité officielle s'élève à 7048 places. Le nombre de prisonniers mineurs est lui en nette diminution, d'environ un quart depuis 2011.

Tandis que les cantons latins affichent un taux d'occupation de 115,5%, les Alémaniques se situent en dessous de 100%.

Les premiers misent à court terme sur une gestion efficace des dossiers pour y remédier, explique lundi à l'ats Blaise Péquignot, secrétaire général de la Conférence latine des chefs des départements de justice et police (CLDJP). «Il faut évaluer la situation de chaque détenu, dont sa dangerosité. S'il remplit toutes les conditions, on peut alors le libérer».

Pour traiter les dossiers plus efficacement, «on aurait idéalement besoin de davantage de personnel.» Même si les autorités le font aujourd'hui dans «des délais normaux», ajoute-t-il.

«Et actuellement, on tend plutôt à serrer la vis», précise M.Péquignot dans la foulée. «Il faut donc faire avec une certaine surpopulation».

Echanges difficiles

Transférer des détenus en Suisse alémanique, où les taux d'occupation sont inférieurs à 100%, s'avère difficile à mettre en oeuvre. D'une part, parce que certains établissements ne peuvent prendre en charge des prisonniers en régime de peine particulier, incluant par exemple un suivi thérapeutique.

D'autre part, parce que les détenus en préventive doivent «rester à portée de main» pour les besoins de l'enquête, ajoute Blaise Péquignot. Enfin, il «est préférable que les prisonniers ne parlant que le français restent en Suisse romande.»

Contrairement aux cantons latins, les prisons alémaniques affichent des taux d'occupation se situant sous la barre des 100%. Si le concordat de Suisse centrale et du Nord-Ouest s'en rapproche fortement (99,8%), celui de Suisse orientale se stabilise à 86,1%. «Nous sommes plus stricts concernant la liberté conditionnelle en Suisse romande», avance encore le secrétaire général de la CLDJP.

Près de 10% d'augmentation

Il n'empêche qu'au niveau suisse, le nombre global de prisonniers a augmenté de près de 10% en un an. En 2012, le système carcéral enregistrait 6599 détenus.

Plus de la moitié (51%) d'entre eux exécutent des peines ou des mesures. Leur nombre s'est accru de 35% entre 1999 et 2013, pour atteindre 3667 personnes, un record, écrit l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Cette progression s'explique principalement par l'augmentation des prisonniers en mesure stationnaire ( 172 personnes) et des personnes purgeant une peine privative de liberté au lieu de s'acquitter d'une peine pécuniaire ( 262). Le nombre de détenus en exécution anticipée de la peine a augmenté de 55% ( 273).

Le nombre d'internés atteint 141 individus. Enfin 30% des captifs se trouvent en détention préventive. Leurs effectifs restent stables.

Un quart de mineurs en moins

Le nombre de mineurs incarcérés (575) continue de diminuer, de 9% par rapport à 2012 et de 24% par rapport à 2011. La grande majorité sont des hommes (91%). Six sur dix disposent de la nationalité suisse, 32% sont des étrangers domiciliés en Suisse et 7% des requérants d'asile ou des étrangers domiciliés hors de Suisse.

Pour expliquer cette régression, Blaise Péquignot indique que les juges des mineurs «ne prononcent une incarcération qu'en dernier lieu, lorsqu'il n'y a plus d'autre solution.» Sinon, les magistrats placent les adolescents dans des structures de type centre éducatif fermé. (ats/Le Matin)

Créé: 27.01.2014, 17h18


Sondage

Faut-il interdire l'alcool dans les avions pour éviter les débordements?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.