Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:39

Berne Prix Courage: une anesthésiste récompensée

L'anesthésiste Natalie Urwyler s'est battue pour la protection des collaboratrices enceintes à l'Hôpital de l'Ile de Berne, conduisant à son propre licenciement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Agée de 44 ans, la Valaisanne Natalie Urwyler, médecin cheffe à la Clinique d'anesthésiologie et thérapie de la douleur de l'hôpital de l'Ile pendant dix ans, a reçu ce 2 novembre 2018 le prix Courage du magazine «Beobachter». Au cours de son activité, elle s'est fortement engagée pour dénoncer les cas d'inégalité et les risques imposés aux collaboratrices enceintes, par exemple en radiologie.

En 2014, après être elle-même devenue mère, Mme Urwyler a été licenciée «pour un rapport de confiance complètement détruit», relatent les organisateurs du Prix Courage dans un communiqué. Une décision qu'elle a attaqué en justice, estimant qu'il s'agissait d'un licenciement abusif en violation de la loi fédérale sur l'égalité.

En juillet dernier, elle a définitivement obtenu raison devant la justice. Le Prix Courage est doté de 15'000 francs.

Par ailleurs, le Beobachter a récompensé Hannes Schmid d'un «Prix Courage Lifetime Award», doté de 10'000 francs. Le photographe suisse a fondé il y a sept ans le projet d'entraide «Smiling Gecko» au Cambodge. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2018, 20h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.